DIVERTISSEMENT

Les films à l'affiche, semaine du 19 septembre 2014: Mommy, Entre les tombes, Metro Manila... (PHOTOS)

18/09/2014 01:12 EDT | Actualisé 18/09/2014 01:58 EDT
Courtoisie Mediafilm

Enfin, Mommy de Xavier Zolan recompensé du Prix de Jury au Festival de Cannes sera à l'affiche à Montréal. Dans ce long-métrage, le réalisateur explore la relation mère-fils, qui peut parfois s'avérer très complexe.

Le Huffington Post Québec et Mediafilm.ca vous présentent les films qui prennent l'affiche cette semaine au Québec :

Les films de la semaine - 19 septembre

C'EST ICI QUE L'ON SE QUITTE (This Is Where I Leave You)

États-Unis. 2014. 103 min.

Comédie dramatique de Shawn Levy avec Jason Bateman, Tina Fey, Jane Fonda, Adam Driver, Rose Byrne, Corey Stoll, Kathryn Hahn, Connie Britton, Timothy Olyphant.

Coup sur coup, le producteur radiophonique Judd Altman surprend son épouse Quinn au lit avec un autre homme et apprend le décès de son père. Dans ses dernières volontés, ce dernier, pourtant juif athée, a demandé que les siens se soumettent au rituel de la shiv'ah, qui consiste à recevoir pendant sept jour les parents, amis et voisins venus rendre hommage au défunt. Judd se retrouve ainsi confiné à la maison de son enfance durant une semaine, en compagnie de sa mère, pédopsychologue dépourvue d'inhibition, de sa soeur, jeune mère aux prises avec un mari peu attentif à ses besoins, de son frère aîné, un homme autoritaire qui tente désespérément d'avoir un enfant avec sa femme, et de son frère cadet, un éternel adolescent arrivé au bras d'une thérapeute qui a deux fois son âge. Tandis que la bisbille reprend ses droits au sein de la famille Altman, Judd renoue avec son amour de jeunesse. Très prometteuse, leur idylle est toutefois compromise par l'annonce de la grossesse de Quinn.

Ce portrait de famille tragi-comique apparaît bien faible d'esprit en comparaison d'AUGUST OSAGE COUNTY, qui portait sur un sujet similaire. Il y a du reste bien peu de cinéma dans la réalisation de Shawn Levy (DATE NIGHT). Celle-ci se résume à une suite d'échanges verbeux et peu passionnants, défendus par des interprètes néanmoins assez convaincants.

DR. CABBIE

Canada. 2013. 104 min.

Comédie dramatique de Jean-François Pouliot avec Vinay Virmani, Adrianne Palicki, Kunal Nayyar, Lillete Dubey, Mircea Monroe, Chris Diamantopoulos, Rizwan Manji, Stephen McHattie, Judah Katz.

Son diplôme de médecin n'étant pas reconnu au Canada, Deepak Veer Chopra, Indien établi à Toronto avec sa mère, s'improvise chauffeur de taxi. Quand une passagère enceinte, la serveuse Natalie, crève les eaux dans son véhicule, Deepak met au monde le bébé sans encombres, sous l'oeil de la caméra d'un collègue. Le film ayant été accidentellement diffusé sur Internet par ce dernier, tous les Torontois en mal de médecin de famille deviennent clients du célèbre taxi, transformé en cabinet de consultation mobile. Dans le processus, le timide Deepak fait la conquête de la ravissante Natalie. Une situation qui déplaît à l'aspirant maire Colin Hill, le père du bébé qui, après avoir rejeté la mère, tente de s'en rapprocher à des fins électoralistes. En vain. Découvrant que le chauffeur de taxi est indirectement responsable de la tentative de suicide d'une jeune musulmane enceinte, le politicien retors obtient qu'il soit traduit devant les tribunaux pour pratique illégale de la médecine. Assistante juridique de formation, Natalie assure la défense de son amoureux.

Malgré des thèmes porteurs (freins à l'intégration, pénurie de médecins de famille) et une réalisation compétente, cette première comédie en anglais de Jean-François Pouliot (LA GRANDE SÉDUCTION) se révèle poussive, prévisible et pauvre en gags réussis. Adrianne Palicki relève cependant le niveau et Mircea Monroe, dans un rôle caricatural, hérite des meilleures répliques.

ENTRE LES TOMBES (Walk Among the Tombstones, A)

États-Unis. 2014. 113 min.

Drame policier de Scott Frank avec Liam Neeson, Dan Stevens, Boyd Holbrook, David Harbour, Ruth Wilson, Sebastian Roché.

Ex-flic alcoolique devenu détective privé, Matt Scudder travaille sans licence, en marge des lois, dans les bas fonds de New York. Alors que la ville s'apprête à affronter le bogue de l'an 2000, l'enquêteur technophobe, qui fait équipe avec un ado féru d'informatique, accepte le mandat d'un trafiquant de drogue: retrouver son épouse kidnappée par des criminels psychopathes. Au fil de ses recherches, Scudder réalise que cet enlèvement n'est pas le premier du genre. Mais en faisant tout pour arrêter les ravisseurs aussi sadiques que déterminés, le détective découvre des faits qui le confrontent aux démons de son propre passé.

Adaptation soignée d'un roman de Lawrence Block, ce polar atmosphérique est porté par une mise en scène épurée de Scott Frank (THE LOOKOUT) et une direction photo impressionnante. Mais le scénario convenu et l'aspect générique de l'ensemble donnent finalement l'impression d'une série B assez quelconque, malgré le jeu solide de Liam Neeson.

ÉPREUVE - LE LABYRINTHE, L' (Maze Runner, The)

États-Unis. 2014. 113 min.

Science-fiction de Wes Ball avec Dylan O'Brien, Will Poulter, Thomas Sangster, Kaya Scodelario, Ki Hong Lee, Blake Cooper, Aml Ameen, Patricia Clarkson.

Thomas est transporté, via un monte-charge vétuste, dans une clairière où vivent une vingtaine d'adolescents comme lui. À chaque jour, les garçons les plus rapides explorent le labyrinthe qui ceinture l'endroit dans le but de le cartographier, tout en prenant soin d'échapper aux araignées géantes qui gardent la gigantesque structure. Inspiré par ses rêves, l'amnésique Thomas est convaincu de détenir une partie de la réponse quant aux raisons de cette mystérieuse captivité. Ses soupçons se confirment avec l'arrivée dans la clairière d'une première fille, aperçue dans ses songes. Jugeant que cette nouvelle venue perturbe le fonctionnement de la petite société, le meneur du groupe tente de l'ostraciser. Sans plus de succès, le garçon brutal et réactionnaire entreprend d'empêcher l'intrépide Thomas d'organiser, avec l'adolescente et le sage lieutenant de leur ancien chef, une ultime expédition dans le labyrinthe.

Sorte d'amalgame entre "Lord of the Flies", ALIEN et HUNGER GAMES, cette adaptation du premier tome d'une série pour jeunes adultes signée James Dashner tient la route. Le scénario entretient habilement le mystère, la mise en scène du spécialiste en effets visuels Wes Ball est nerveuse et l'interprétation possède l'intensité requise.

LOVE IS STRANGE

États-Unis. 2013. 94 min.

Drame de Ira Sachs avec Alfred Molina, John Lithgow, Marisa Tomei, Darren Burrows, Charlie Tahan, Cheyenne Jackson.

Après 39 années de vie commune, Ben et George viennent de se marier. Mais la joie de l'événement, célébré avec les amis, s'estompe rapidement. Prétextant que George a contrevenu aux règles de l'école privée catholique où il travaille comme professeur de musique, la direction le congédie. Sans autre revenu fixe que la maigre retraite de Ben, ex-enseignant aux Beaux-Arts, le couple est forcé de vendre l'appartement qu'il occupe depuis vingt ans, puis de se séparer temporairement. Ben trouve abri chez un jeune ami policier où il dort sur le divan. Pour sa part, George est accueilli sous le toit de son neveu, marié à une écrivaine en vogue et père d'un adolescent timide dont il squatte la chambre. Mais ce qui ne devait être qu'une solution temporaire se prolonge indûment, le couple ayant du mal à dénicher un appartement à sa portée, et George, à trouver un nouveau travail. Tandis que Ben subit la tension chez ses hôtes impatients de le voir partir, son conjoint perd peu à peu espoir de retrouver leur vie d'avant.

Plutôt que d'axer son film sur l'épreuve socio-économique d'un couple gay dans la force de l'âge, Ira Sachs (KEEP THE LIGHTS ON) parle avec tendresse et affection de ce qui le cimente, brossant chemin faisant le portrait d'un univers d'intellectuels rarement dépeint à l'écran. L'écriture subtile, ainsi que la mise en scène spontanée, en font un beau moment de cinéma.

METRO MANILA

Grande-Bretagne. 2013. 115 min.

Thriller de Sean Ellis avec Jake Macapagal, Althea Vega, John Arcilla, Erin Panlilio, Mailes Kanapi, Ana Abad-Santos.

Après une récolte de riz désastreuse, Oscar, paysan fier et honnête, s'établit à Manille avec sa épouse et leurs deux petites filles. Chassé du logement abordable qu'il avait trouvé puis dépouillé de toutes ses économies, le migrant se réfugie avec les siens dans un bidonville. Tandis qu'il décroche un boulot dangereux de gardien et conducteur de camion de sécurité, sa femme doit se résoudre à danser nue dans un bar. Le brave homme croit voir sa chance tourner lorsque son compagnon de travail lui rend de précieux services. Or, ce dernier le manipule afin de l'impliquer dans un complot.

L'Anglais Sean Ellis (CASHBACK) a opté pour le risque en tournant aux Philippines, un pays, une culture, une langue qu'il ne connaît pas du tout. Pari relevé. Son film, une descente aux enfers construite avec justesse, portée par des acteurs très convaincants, glisse progressivement du portrait néoréaliste au suspense.

MOMMY

Canada. 2014. 138 min.

Drame psychologique de Xavier Dolan avec Anne Dorval, Antoine Olivier Pilon, Suzanne Clément, Patrick Huard, Alexandre Goyette, Michèle Lituac, Viviane Pacal, Nathalie Hamel-Roy.

En 2015, dans un Québec fictif, le nouveau gouvernement fédéral vient d'adopter une loi permettant l'internement des enfants à problèmes par les parents, sans plus de procès. Une solution que refuse pourtant d'emprunter Diane Desprès, veuve depuis trois ans et mère de Steve, adolescent impulsif et hyperactif atteint du trouble de déficit de l'attention. Lorsque ce dernier met le feu à la cafétéria du centre où il était placé, Diane le reprend chez elle, dans son modeste appartement en banlieue de Montréal. Si la cohabitation n'est pas sans accrocs, la violence de la relation entre ces deux êtres hauts en couleur est tempérée par l'irruption dans leur vie de Kyla, la voisine d'en face, bègue depuis qu'un événement mystérieux l'a forcée à prendre un congé de son poste d'enseignante au secondaire. L'équilibre que cet étrange trio parvient à atteindre ne résistera pourtant pas longtemps.

Creusant le thème de l'amour mère-fils dans toute sa complexité, MOMMY déborde de trouvailles narratives et formelles inspirées. Une poésie fougueuse et généreuse et un emploi novateur du ratio d'image 1:1 font oublier l'abus de musique et les longueurs du film. Les trois interprètes font preuve d'une présence et d'une intensité captivantes.

REMEMBRANCE (Die verlorene Zeit)

Allemagne. 2011. 105 min.

Drame sentimental de Anna Justice avec Alice Dwyer, Mateusz Damiecki, Dagmar Manzel, Lech Mackiewicz, Susanne Lothar, Joanna Kulig, David Rasche, Florian Lukas, Shantel VanSanten.

En 1944, dans un camp de concentration en Pologne, une jeune femme juive, Hannah Silberstein, tombe éperdument amoureuse de Tomasz Limanowski, un prisonnier politique de religion catholique. Dans un geste d'une audace folle, ils parviennent à s'échapper ensemble du camp. Mais les nazis ne tardent pas à les pourchasser et les forcent à une vie clandestine précaire. Convaincu qu'il doit encore lutter, Tomasz joint les mouvements de résistance polonaise, où combat également son frère. Mais avant qu'il ne puisse tenir sa promesse de revenir chercher Hannah, celle-ci est obligée de prendre à nouveau la fuite. Les deux jeunes gens se perdent alors de vue, chacun étant convaincu que l'autre a bel et bien péri. Des années plus tard, en 1976, Hannah n'a pourtant toujours pas fait le deuil de cette histoire. Alors qu'elle s'apprête à recevoir plusieurs invités avec son mari dans leur bel appartement de Brooklyn, elle voit à la télévision une entrevue qui la bouleverse. L'homme interrogé n'est autre que Tomasz, bien vivant.

S'inspirant d'une histoire vraie, Anna Justice pèche par excès de sensationnalisme. Abusant des effets de style et d'une musique grandiloquente, elle force la note pour livrer une tragédie historico-romantique sans grande saveur. Si Mateuz Damiecki impressionne, Alice Dwyer peine à conférer de la profondeur et de l'émotion à son personnage