NOUVELLES

Ebola: un infirmier britannique guéri donne de son sang à un Américain infecté

18/09/2014 09:34 EDT | Actualisé 18/11/2014 05:12 EST

LONDRES - Un infirmier britannique qui a survécu à une infection au virus d'Ebola s'est rendu d'urgence aux États-Unis, pour faire don de son sang à un Américain qui combat toujours la maladie.

Certains experts croient qu'une telle transfusion expérimentale pourrait aider à vaincre le virus.

William Pooley avait été rapatrié à Londres en août après avoir été infecté en Sierra Leone.

Pour sa part, une médecin française du groupe humanitaire Médecins sans frontières était rapatriée à Paris jeudi depuis Monrovia, la capitale du Libéria. La femme a donné des premiers signes d'infection mardi. Elle sera hospitalisée dans un établissement prêt à accueillir des victimes de l'Ebola.

L'épidémie d'Ebola qui touche la Guinée, la Sierra Leone, le Libéria, le Nigeria et le Sénégal a fait quelque 5300 malades, dont la moitié ont succombé au virus. L'Organisation mondiale de la Santé a fait savoir jeudi que 700 nouveaux cas ont été détectés en Afrique de l'Ouest au cours de la dernière semaine, une statistique qui démontre que la propagation de la maladie s'accélère.

La maladie aurait maintenant fait 2600 morts, soit environ 200 de plus que lors du dernier bilan, a dit l'OMS. Au moins 318 travailleurs de la santé ont été infectés, dont la moitié qui sont décédés.

L'agence onusienne de la santé a aussi prévenu que Monrovia aurait besoin, à elle seule, d'un millier de lits de plus.

Les dirigeants de la Sierra Leone ont demandé aux quelque six millions d'habitants du pays de rester chez eux pour trois jours, à compter de minuit jeudi. Des bénévoles passeront de maison en maison pour distribuer de l'information et tenter de repérer des cas qui n'auraient pas été déclarés. Les responsables s'attendent à découvrir des centaines de nouveaux patients vendredi, samedi et dimanche.

Les rues et les commerces de la capitale étaient bondés, jeudi, alors que les sierra-léonais s'empressaient de faire des provisions avant d'être confinés chez eux.

Le Conseil de sécurité des Nations unies se penchera sur l'épidémie d'Ebola plus tard, jeudi.

L'OMS a fréquemment prévenu que son bilan officiel sous-estime certainement l'ampleur réelle du problème, puisque plusieurs victimes se trouvent toujours dans leurs communautés, où elles continuent à infecter d'autres personnes, plutôt que dans les centres de traitement.

On ne sait pas quel Américain recevra le sang de M. Pooley. Les experts croient que les anticorps de ceux qui ont survécu à l'Ebola pourraient aider ceux qui sont toujours infectés. L'OMS est d'accord avec de telles transfusions, même si leur efficacité n'a jamais été démontrée.

PLUS:pc