NOUVELLES

Collision mortelle VIA/OC Transpo: commémoration à Ottawa

18/09/2014 08:41 EDT | Actualisé 18/11/2014 05:12 EST
WikiMedia:
Description VIA Rail train hauled by a F40PH at Bayview Jct., Ontario, Canada. | Source originally posted to Flickr as http://flickr. ...

OTTAWA - Les chauffeurs d'autobus municipaux d'Ottawa ont commémoré, jeudi, le premier anniversaire de la collision entre un train de Via Rail et un autobus d'OC Transpo, qui a fait six morts.

À 8 h 47, ceux qui ont pu le faire ont rangé leur autobus sur le côté, arrêté le moteur et gardé le silence pendant quelques secondes.

C'est précisément à cette heure que l'autobus 8017 a percuté le train de passagers de Via Rail à proximité d'une gare de trains de banlieue près de l'avenue Woodroffe, entre les chemins Fallowfield et Slack, le 18 septembre 2013.

Les drapeaux sur les édifices municipaux ont d'ailleurs été mis en berne pour la journée, pendant que des citoyens ont placé des gerbes de fleurs et des souvenirs près du lieu de l'accident.

L'accident a coûté la vie au chauffeur Dave Woodard et à cinq passagers de l'autobus: Connor Boyd, Kyle Nash, Michael Bleakney, Karen Krzyzewski et Rob More. Plusieurs autres personnes ont été blessées.

Le président du syndicat des chauffeurs d'autobus d'OC Transpo, Craig Watson, affirme que la tragédie demeure toute fraîche à la mémoire des chauffeurs, des survivants et des familles des victimes.

«Il n'y a pas un seul chauffeur qui passe par ici sans penser à ce qui s'est passé, à la tragédie où six personnes ont laissé leur vie», a souligné M. Watson.

La Ville a procédé à plusieurs changements depuis la tragédie. Entre autres, la limite de vitesse près du passage à niveau a été réduite et plusieurs panneaux de signalisation ont été érigés pour prévenir les chauffeurs.

Via Rail a aussi dépêché des employés sur le terrain qui, chaque matin, surveillent la circulation et s'assurent que les chauffeurs remarquent la signalisation.

Finalement, le numéro du trajet d'autobus 76 a été retiré.

Toutefois, un an plus tard, plusieurs questions demeurent sans réponse. Le Bureau de la sécurité des transports (BST) du Canada, qui a analysé des pièces de l'autobus, en plus de rencontrer des témoins, n'est encore qu'au début de la rédaction de son rapport.

Le BST a toutefois promis de donner des nouvelles informations mercredi prochain, bien qu'il ne puisse pas encore communiquer les conclusions de son enquête.