NOUVELLES

L'Ebola pourrait avoir un impact économique énorme, dit la Banque mondiale

17/09/2014 10:50 EDT | Actualisé 17/11/2014 05:12 EST

WASHINGTON - L'épidémie de virus d'Ebola qui défèrle sur l'Afrique de l'Ouest pourrait avoir des conséquences économiques catastrophiques sur les trois pays les plus durement touchés, a prévenu mercredi la Banque mondiale.

Si le coût de l'épidémie se calcule d'abord et avant tout en vies humaines perdues, a dit la banque, le virus pourrait du fait même asséner un coup mortel à trois économies fragiles.

La Banque mondiale calcule qu'une épidémie à court terme retrancherait 2,1 points de pourcentage au PIB de la Guinée (réduisant la croissance de 4,5 pour cent à 2,4 pour cent), 3,4 points de pourcentage au Libéria (où la croissance passerait de 5,9 pour cent à 2,5 pour cent) et 3,3 point de pourcentage en Sierra Leone (qui verrait sa croissance chuter de 6,8 pour cent à 4,9 pour cent).

L'impact fiscal à court terme est évalué à 93 millions $ US pour le Libéria (4,7 pour cent du PIB), à 79 millions $ US pour la Sierra Leone (1,8 pour cent du PIB) et à 120 millions $ US pour la Guinée (1,8 pour cent du PIB).

Si l'épidémie devait se poursuivre jusqu'en 2015, le PIB de la Guinée pourrait perdre 2,3 points de pourcentage, contre 8,9 points en Sierra Leone et 11,7 points au Libéria.

La Banque mondiale rapporte aussi d'une poussée de l'inflation et du coût des aliments dans ces trois pays.

L'institution explique que l'impact économique de la crise découle principalement d'une peur qui entraîne, par exemple, une hausse de l'absentéisme au travail ou la fermeture de plusieurs entreprises. Les transports ont aussi été perturbés et certains gouvernements ont décidé de fermer leurs ports et leurs aéroports.

La présidente du Libéria, Ellen Johnson Sirleaf, a de nouveau demandé l'aide de la communauté internationale mercredi, en prévenant que son pays est incapable de vaincre l'Ebola seul.

Les États-Unis ont annoncé mardi l'envoi de 3000 militaires dans la région pour combattre l'épidémie. Mercredi, l'Australie a ajouté 6,4 millions $ à sa contribution, tandis que les Nations unies estime avoir besoin de 1 milliard $ US pour empêcher l'Ebola de se propager.

L'Allemagne pourrait fournir un hôpital de campagne au Libéria et des avions de transport.

PLUS:pc