NOUVELLES

Le premier ministre irakien ne veut pas de troupes étrangères au sol

17/09/2014 05:56 EDT | Actualisé 17/11/2014 05:12 EST

BAGDAD - Le nouveau premier ministre irakien a affirmé, mercredi, que l'envoi de troupes étrangères dans son pays pour combattre les extrémistes de l'État islamique (ÉI) n'était ni nécessaire ni souhaitable.

Haïdar Al-Abadi a ainsi rejeté l'idée exprimée la veille par un haut gradé de l'armée américaine, qui avait laissé entendre que le déploiement au sol de soldats américains pourrait être nécessaire pour freiner la menace terroriste si les efforts actuels devaient échouer.

Dans le cadre de sa première entrevue avec la presse étrangère depuis son arrivée au pouvoir le 8 septembre, le chef du gouvernement irakien a indiqué à l'Associated Press que les frappes aériennes menées par les Américains avaient été utiles pour faire reculer les combattants du groupe terroriste.

Il a toutefois souligné qu'il était «hors de question» pour lui de permettre à des soldats provenant de l'extérieur de l'Irak de mettre les pieds dans son pays.

«Nous ne voulons pas d'eux. Nous ne leur permettrons pas de venir chez nous. Point à la ligne», a-t-il martelé.

Le général Martin Dempsey, chef d'état-major de l'armée américaine, a dit devant un comité sénatorial, mardi, que le déploiement de troupes américaines au sol pourrait éventuellement s'imposer si la stratégie actuelle du président Barack Obama pour lutter contre l'ÉI échouait.

Il a fait ce commentaire au moment où le Congrès était plongé dans un débat sur la nécessité d'étendre les frappes aériennes à la Syrie et d'y offrir de l'entraînement aux rebelles s'opposant aux extrémistes de l'État islamique.

Ce groupe terroriste a d'abord pris racine en Irak avant de gagner le pays voisin, où il a pu prendre de l'expansion rapidement en profitant de la situation chaotique engendrée par la guerre civile.

Il pourrait désormais compter sur un bassin de combattants comprenant entre 20 000 et 31 000 hommes, selon les estimations des services secrets américains.

PLUS:pc