NOUVELLES

Des bombardements font 12 morts en Ukraine

17/09/2014 07:29 EDT | Actualisé 17/11/2014 05:12 EST

DONETSK, Ukraine - Des bombardements auraient fait au moins 12 morts mercredi à Donetsk, dans l'est de l'Ukraine.

Le conseil municipal du bastion rebelle a confirmé que des obus sont tombés sur un quartier du nord de la ville, où se poursuivent des combats pour le contrôle de l'aéroport qui est actuellement entre les mains des forces gouvernementales, faisant deux morts et trois blessés.

Un communiqué distinct publié par le centre de presse de la campagne militaire ukrainienne fait état de la mort de 10 civils à Nyzhnya Krynka, à 20 kilomètres à l'est de Donetsk.

En dépit du cessez-le-feu conclu il y a plus de 10 jours et d'une loi adoptée mardi par le Parlement ukrainien pour accorder plus d'autonomie aux secteurs rebelles de l'est du pays, les combats continuent à faire des victimes parmi la population civile, ajoutant à un bilan qui surpasse déjà les 3000 morts.

Un journaliste de l'Associated Press présent à Donetsk a vu ce qui semblaient être les restes d'un missile Grad dans les décombres d'un édifice. Un corps était aussi visible sur les lieux.

Le Parlement ukrainien a adopté mardi une loi qui accorderait l'amnistie à certains rebelles, mais non à ceux ayant commis des crimes graves ou ayant essayé de tuer des dirigeants ou des soldats ukrainiens.

Les insurgés ont tout d'abord témoigné d'une certaine ouverture face à ces mesures, mais mercredi l'agence Interfax cite le leader rebelle Alexandre Zakharchenko qui dit en rejeter les principales clauses.

La loi prévoit notamment la tenue d'élections locales. M. Zakharchenko réplique que les rebelles de Donetsk «décideront par eux-mêmes quand et quel type d'élections organiser».

«Nous n'aurons pas d'élections organisées par l'Ukraine», a-t-il lancé à Interfax.

Pour sa part, le leader séparatiste Andreï Purgin a indiqué à l'Associated Press que les rebelles refusent que les villes de Donetsk et Lougansk demeurent au sein de l'Ukraine.

«Nous voyons dans ce document certains points qui pourraient lancer un dialogue, a-t-il dit. Mais il y a une ligne rouge que nous ne pouvons pas traverser: nous refusons toute union politique avec l'Ukraine. Aucune structure fédérative ou unitaire.»

La loi accorde certaines concessions pour la première fois, comme une supervision locale des tribunaux, la nomination des procureurs et le contrôle local de la police. M. Purgin a répété que les rebelles n'accepteront qu'une indépendance totale.

«Nous sommes incapables de nous joindre directement à la Fédération russe, alors nous construirons notre propre pays», a-t-il dit.

Le ministère russe des Affaires étrangères estime toutefois que ces lois représentent un «pas dans la bonne direction».

Les lois «jettent les bases d'un processus constitutionnel important en Ukraine, y compris l'ouverture d'un dialogue qui doit mener à la réconciliation nationale et à l'harmonie au pays», dit le ministère dans un communiqué diffusé mercredi.

L'Ukraine et l'Occident ont fréquemment accusé la Russie de fournir des armes, du personnel et de l'expertise aux insurgés, ce que Moscou nie formellement.

PLUS:pc