NOUVELLES

États-Unis - Premier essai clinique d'un vaccin contre Ebola: pas de réactions néfastes

16/09/2014 07:41 EDT | Actualisé 16/09/2014 07:42 EDT
Sean Gallup via Getty Images
BERLIN, GERMANY - AUGUST 11: A doctor for tropical medicine prepares a blood sample for analysis during a demonstration for the media of ebola treatment capabilities at Station 59 at Charite hospital on August 11, 2014 in Berlin, Germany. The specialized quarantine unit at Station 59 is among a handful of facilities in Germany nationwide that are capable of handling ebola cases. According to media reports a German medical student currently in Ruanda is showing signs of the disease, though should he in fact have ebola it is so far unclear whether he would be flown to Germany for treatment. The disease has so far claimed over 1,000 lives in western Africa in recent weeks. (Photo by Sean Gallup/Getty Images)

Le premier essai clinique d'un vaccin contre le virus Ebola, qui a commencé aux Etats-Unis début septembre avec une poignée de volontaires, n'a pas suscité à ce jour de réactions néfastes, a indiqué mardi un haut responsable sanitaire américain.

Ce vaccin, développé par le laboratoire britannique GlaxoSmithKline depuis plusieurs années avec les Instituts américains de la santé (NIH), et qui a donné de très bons résultats sur des singes, fait l'objet d'une étude clinique sur dix personnes depuis le 2 septembre.

"Jusqu'à présent il n'y a aucun signe" indiquant des réactions graves, a déclaré le Dr Anthony Fauci, le directeur de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) devant la commission des Attributions budgétaires du Sénat.

Dix autres volontaires recevront le vaccin dans les prochains jours, a-t-il ajouté. Au total, vingt personnes âgées de 20 à 50 ans et en bonne santé participeront à cet essai clinique aux NIH près de la capitale Washington.

Les résultats complets de cet essai devraient être disponibles à la fin de l'année.

En parallèle, une équipe de chercheurs d'Oxford au Royaume-Uni va mener un essai clinique de ce même vaccin sur 60 volontaires sains.

Les chercheurs seront alors en mesure de déterminer si ce vaccin, qui ne contient que des matériaux génétiques du virus Ebola, peut déclencher une réaction du système immunitaire pour produire suffisamment d'anticorps permettant de se protéger contre cet agent pathogène, dont le taux de mortalité dépasse 50%.

Si après les tests en cours et à venir, "ce vaccin semble sûr, il pourrait être disponible dès novembre pour une utilisation prioritaire, sur les professionnels de la santé", avait récemment indiqué l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à l'issue d'une réunion à Genève avec près de 200 experts.

Depuis le début de l'année, l'épidémie a fait 2 461 morts sur 4 985 cas dans surtout trois pays d'Afrique de l'ouest, selon le dernier bilan de l'OMS.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Ebola: les symptômes