NOUVELLES

Péage sur le pont Champlain : l'étude secrète crée des remous

16/09/2014 06:03 EDT | Actualisé 16/09/2014 10:33 EDT
Radio-Canada.ca

Les réactions fusent à la suite du dévoilement lundi par Radio-Canada de l'étude secrète du gouvernement fédéral sur les effets du péage sur le nouveau pont Champlain.

À Ottawa, les chefs d'opposition ont tenté d'obtenir des explications du gouvernement sur cette étude. Celle-ci prévoit une congestion monstre sur les autres ponts si un péage était mis en place sur le nouveau pont Champlain.

Lorsque les deux partis d'opposition ont demandé au gouvernement pour quelle raison les informations contenues dans le rapport n'avaient pas été divulguées, le premier ministre Stephen Harper s'est contenté de répondre qu'il était heureux de voir que des études étaient menées.

À lire aussi

Péage sur le pont Champlain : les autres ponts paieront en congestion

Le porte-parole néo-démocrate en matière de Transports, Hoang Mai, a signalé qu'il n'était pas étonné des conclusions de ce rapport, ni du fait que le gouvernement ne l'ait pas rendu public. Il a accusé le ministre fédéral de l'Infrastructure, Denis Lebel, de faire preuve d'entêtement dans le dossier du péage et lui a reproché n'avoir laissé filtrer « aucune information » sur les détails financiers du projet, mis à part son coût global.

Le directeur parlementaire du budget doit rendre public mercredi un rapport sur la construction du nouveau pont reliant Brossard à Montréal. L'étude a été produite à la demande du NPD.

Québec réitère son opposition au péage

À Québec, les scénarios de congestion décrits dans l'étude donnent des munitions au ministre des Transports Robert Poeti.

« Cette étude confirme exactement ce pour quoi notre gouvernement s'oppose au péage sur Champlain. »

— Robert Poeti

En outre, à Québec comme à Montréal, les élus ont tourné en dérision le sondage qui démontre une majorité d'appuis au péage. L'échantillon est composé majoritairement de gens qui prennent rarement le pont Champlain.

Robert Poeti s'est quand même servi d'une autre donnée de l'étude pour critiquer l'appui du Parti québécois à l'option du système léger sur rail (SLR) pour le pont Champlain.

« L'autre chose qui doit tourmenter la députée de Vachon et monsieur Lisée, c'est le fait qu'un SLR sur le pont permettrait seulement 3 % de gens additionnels qui l'utiliseraient. »

— Robert Poeti

Quant au chef de l'opposition à l'Hôtel de Ville de Montréal, Richard Bergeron, estime qu'un péage devrait être instauré sur l'ensemble des ponts qui ceinturent l'île de Montréal, ce qui permettrait de dégager selon lui 250 millions $ pour financer le transport en commun.

Avec les informations de Marie-Maude Denis et La Presse canadienne

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Le futur pont Champlain