NOUVELLES

Beaudoin est satisfait de son camp des recrues, mais veut améliorer sa constance

16/09/2014 04:56 EDT | Actualisé 16/11/2014 05:12 EST

BROSSARD, Qc - Inconnu jusqu'à son arrivée au camp des recrues du Canadien, Charles-David Beaudoin considère avoir atteint son objectif de laisser une belle carte de visite à l'organisation, même s'il a été retranché mardi.

«Mon camp est positif, je pense que depuis le début j'ai offert de bonnes performances. Personne ne s'attendait à ça. (...) Je pense qu'aujourd'hui (mardi) j'ai haussé mon niveau de jeu d'un cran et voulu donner une bonne impression avant la décision finale», a dit Beaudoin, qui a reçu l'appel du Canadien au moment où il s'était fait à l'idée qu'aucune équipe de la LNH ne lui ferait d'invitation.

Le capitaine des Voltigeurs de Drummondville, dans la LHJMQ, a appris en fin d'après-midi qu'il ne faisait pas partie de la vingtaine de joueurs, parmi les 44 qui ont été invités au camp des recrues, qui accéderont au camp du Canadien. Le principal intéressé ne s'en fait pas outre mesure, même s'il estime avoir impressionné pendant le camp.

«Un joueur invité, c'est toujours difficile. Il faut déloger quelqu'un, ce n'est pas comme si j'avais une place à perdre en arrivant au camp, a-t-il rappelé. Est-ce que j'en ai fait assez? Je ne sais pas. Est-ce qu'ils ont aimé mon jeu? Probablement. Donc, selon moi, ce que j'ai gagné cette semaine, c'est qu'ils (les membres de la direction) vont garder un oeil sur moi tout au long de la saison. C'est ça qui est positif.»

En conséquence, il admet déjà songer à sa cinquième saison à Drummondville. Beaudoin précise cependant qu'il devra faire attention de ne pas tomber dans le piège de la confiance excessive lorsqu'il retournera dans le circuit Courteau.

«Le danger, c'est que j'arrive à Drummondville et que je veuille changer l'allure d'un match à moi seul, a-t-il reconnu. Le hockey c'est un sport d'équipe et mon rôle, à la base, c'est d'être capitaine — donc encadrer les jeunes de l'organisation. Nous avons une équipe jeune à Drummondville, et comme c'est ma dernière année junior, je veux léguer quelque chose. Je ne veux pas être oublié l'année prochaine, n'avoir fait que passer.

«Et, personnellement, je veux poursuivre ma progression afin de signer un contrat professionnel.»

Améliorer sa constance

Après avoir connu une brève baisse de régime lors du deuxième match du camp, le joueur de 20 ans originaire de Drummondville s'est assuré de terminer son camp en force. Il a notamment servi une brillante passe à son coéquipier des Blancs, Jérémy Grégoire, sur le dernier but du match qui s'est terminé 5-0 mardi.

«J'ai été calme (sur le but de Grégoire). Une de mes forces aujourd'hui, ç'a été mes sorties de zone, mes relances, avec des passes simples. J'ai voulu jouer mon match, en exploitant mes forces plutôt qu'en tentant des choses avec lesquelles je suis moins à l'aise», a expliqué Beaudoin.

Pour accéder au niveau suivant, le Québécois reconnaît qu'il devra travailler sur sa constance et ajouter un peu de muscle à sa charpente de cinq pieds, 11 pouces et 178 livres.

«Je veux améliorer ma constance. Les performances que j'ai offertes cette semaine, je ne peux pas descendre en bas de ça, a-t-il martelé. Je veux donc l'améliorer, comme mon jeu défensif — même si, à la base, je suis un défenseur défensif — et mettre des points au tableau.»

«Pas là pour marquer 30 buts»

Beaudoin faisait partie d'une importante cohorte de Québébois qui ont participé au camp des recrues du Canadien, parmi lesquels se trouvaient également Stefano Momesso, Philippe Gadoury et le dur à cuire montréalais Bokondji Imama. Ce dernier, qui évolue pour le Drakkar de Baie-Comeau, affichait un état d'esprit similaire à celui de Beaudoin à l'approche des coupures, mardi.

«Non, je ne suis pas nerveux. J'ai fait ce que j'avais à faire et si je ne suis pas invité au camp officiel, alors je ne suis pas invité au camp officiel. Ce n'est pas grave. Je vais continuer ma progression, et l'année prochaine ce sera une autre année», a philosophé le joueur âgé de 18 ans.

«Si j'ai été invité au camp des recrues, ce n'était pas pour marquer 30 buts. C'était pour jouer physique et c'est ce que j'ai fait, a dit Imama, qui a laissé tomber les gants devant Jack Nevins mardi. C'est une expérience de plus pour moi, d'avoir pu jouer avec des gars plus vieux qui ont, ou sont sur le point d'avoir, une expérience professionnelle.»

PLUS:pc