POLITIQUE

Reprise des travaux parlementaires sur fond de préparation électorale (VIDÉO)

15/09/2014 06:59 EDT | Actualisé 15/09/2014 06:59 EDT

Après une pause estivale de 12 semaines, les élus fédéraux sont en route vers Ottawa pour la reprise des travaux parlementaires.

Un texte de Daniel Thibeault

Avec un scrutin fédéral qui aura lieu d'ici un an, les partis sont déjà sur un pied de guerre.

« Je pense que ça va être assez corsé parce que tous les partis sont en mode préélectoral », lance candidement le député libéral dans Westmount-Ville-Marie, Marc Garneau. Il confirme que son chef passera encore beaucoup de temps sur la route à visiter les Canadiens, plutôt que de rester toute la semaine à Ottawa pour participer aux travaux parlementaires.

« Il faut rebâtir, dit-il, on est un petit parti, mieux vaut utiliser le temps de notre chef, pour regagner le Canada en rencontrant le plus de personnes possible. »

Dans les sondages nationaux, les libéraux sont en tête des intentions de vote des Canadiens depuis 16 mois consécutifs.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) qui traîne en troisième place dans les sondages semble avoir pris note de l'efficacité de la stratégie.

Thomas Mulcair revient à Ottawa pour mieux repartir. Il passera lui aussi plus de temps sur le terrain. « C'est vrai que c'est une question d'image pour l'instant. Mais au fur et à mesure qu'on s'approche des élections, dit-il, j'ose [penser] que les Canadiens vont se concentrer pour savoir qui peut gouverner. »

Il fait aussi le pari de présenter de grands pans de son programme électoral avant le déclenchement de la campagne. Parmi les engagements déjà sur la table, la tenue d'une enquête publique sur les femmes autochtones, le retour de l'âge de la retraite à 65 ans et la création d'un programme national de garderie. Cette fin de semaine, il proposait aussi le retour d'un salaire minimum fédéral.

Politique étrangère

Les prochains jours de débats à la Chambre des communes seront dominés par des questions de politiques étrangères.

Lundi, les libéraux veulent proposer un débat sur l'envoi de conseillers militaires canadiens en Irak. Mercredi, le président ukrainien Petro Poroshenko doit s'adresser au Parlement lors d'une visite officielle au Canada. Le gouvernement Harper espère aussi ratifier deux traités de libre-échange, avec l'Union européenne et la Corée du Sud, d'ici la fin du mois de septembre.

L'économie, priorité des conservateurs

Stephen Harper mise sur l'économie pour convaincre les Canadiens de lui accorder un second mandat majoritaire.

« L'économie prime toujours dans nos priorités », a indiqué le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Chris Alexander, en entrevue à l'émission Les coulisses du pouvoir. « Le Canada sera le premier pays du G7 à équilibrer son budget, cela va ouvrir des possibilités pour procéder à des réductions de taxes pour les familles canadiennes. »

Et après plusieurs années de budgets déficitaires et de mesures d'austérité, le prochain budget conservateur présentera des surplus. On devrait avoir une idée de leur ampleur dès le dépôt de la mise à jour économique du gouvernement cet automne.

Le budget pourrait donc devenir l'élément majeur du programme électoral des conservateurs. C'est ce qui fait croire à certains que des élections pourraient être déclenchées dès le printemps.

Scandale des dépenses au Sénat

Mais d'ici là, le scandale des dépenses au Sénat risque de revenir hanter les conservateurs.

Mardi, l'avocat de Mike Duffy doit se présenter en cour pour déterminer la suite des procédures et la date du procès de son client.

Le sénateur Duffy, qui fait face à des accusations de fraude et d'abus de confiance, a déjà laissé entendre qu'il ferait de nouvelles révélations lors de son procès.

Patrick Brazeau devrait aussi subir son procès ce printemps et on attend toujours de voir si des accusations seront déposées contre la sénatrice Pamela Wallin.

De quoi ramener à l'avant-scène une affaire qui a considérablement terni l'image des conservateurs et qu'ils auraient sûrement préféré laisser derrière eux.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les controverses du Sénat