NOUVELLES

Quelque 700 migrants pourraient s'être noyés près de Malte

15/09/2014 10:42 EDT | Actualisé 15/11/2014 05:12 EST

GENÈVE - Deux bateaux transportant plus de 700 migrants ont coulé près des côtes africaines alors qu'ils se dirigeaient vers l'Europe.

L'un des navires aurait sombré mercredi près de l'île de Malte, après qu'une querelle eut éclaté avec les passeurs, a indiqué lundi l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Près de 500 personnes auraient péri et seulement neuf auraient survécu.

Christiane Berthiaume, porte-parole de l'OIM, a expliqué à l'Associated Press que deux survivants palestiniens ont fait état d'une violente confrontation entre les migrants et les passeurs, quand ces derniers ont voulu déplacer tous leurs passagers à bord d'une embarcation plus petite.

Elle dit que les passeurs ont alors utilisé un bateau pour couler l'autre. Le bateau a coulé possiblement après que les passeurs l'eurent embouti avec un autre navire.

Des témoins ont raconté que le navire avait quitté Damiette, en Égypte, au début du mois de septembre, avec à son bord des Syriens, des Palestiniens, des Égyptiens et des Soudanais.

Mme Berthiaume a ajouté qu'un autre bateau transportant au moins 250 migrants vers l'Europe a chaviré près de la capitale libyenne, lundi, faisant des dizaines de morts.

Un représentant de la garde-côtière libyenne, Qassim Ayoub a indiqué à l'Associated Press que les gardes-côtes récupéraient des dizaines de corps qui flottaient à 18 kilomètres au large des côtes du quartier Tajoura de Tripoli.

Selon M. Ayoub, 36 migrants, dont trois femmes, ont été secourus.

Une certaine confusion entoure toutefois cet incident. Un autre membre de la garde-côtière a fait état de deux navires qui ont chaviré, tandis qu'un des 36 survivants a dit à l'Associated Press qu'ils ne transportaient que 105 personnes.

L'OIM estime que 2900 personnes sont mortes en essayant de traverser la Méditérrannée depuis le début de l'année, contre 700 pour toute l'année 2013. Ce bilan n'inclut toutefois pas les incidents maltais ou libyen.

Près de 110 000 personnes ont été secourues depuis janvier, a dit l'agence onusienne des réfugiés.

Mme Berthiaume a ajouté que le problème ne touchait pas seulement les côtes méditerranéenne; il s'agirait d'un problème global.

PLUS:pc