NOUVELLES

Canadien: Marc Bergevin coupe court aux rumeurs ayant trait à Martin Brodeur

15/09/2014 02:17 EDT | Actualisé 15/11/2014 05:12 EST
Bruce Bennett via Getty Images
NEWARK, NJ - APRIL 11: Martin Brodeur #30 of the New Jersey Devils takes a break during the third period against the New York Islanders at the Prudential Center on April 11, 2014 in Newark, New Jersey. The Islanders defeated the Devils 3-2 in the shootout. (Photo by Bruce Bennett/Getty Images)

LAVAL-SUR-LE-LAC, Qc - Marc Bergevin a coupé court aux rumeurs concernant Martin Brodeur, lundi, en affirmant qu'il avait déjà un ménage à trois gardiens à gérer avant de s'attarder à en mettre un quatrième sous contrat.

«J'ai déjà trois gardiens de but, je ne peux pas en avoir quatre!», a lancé le directeur général du Canadien, quand on l'a questionné au sujet de l'intérêt que l'équipe porterait à l'endroit du gardien vedette.

«Je ne suis pas sûr que Martin accepterait de venir à Montréal dans une situation de quatre gardiens, a-t-il ajouté. Dans le moment, nous n'avons pas besoin de gardiens. Nous allons gérer les trois que nous avons.»

Bergevin s'attend à devoir prendre une décision quant à l'identité du substitut de Carey Price, à la conclusion du camp d'entraînement.

La lutte que se livreront le vétéran Peter Budaj et le jeune Dustin Tokarski s'annonce être la principale intrigue du camp.

Bergevin n'a pas écarté la possibilité que l'équipe amorce la saison avec un ménage à trois.

La problématique du Canadien, c'est qu'on court le risque de perdre soit Tokarski ou Budaj au 'ballottage' advenant qu'on décide de les rétrograder dans la Ligue américaine.

Tokarski est devenu fort attrayant depuis la belle performance qu'il a offerte en finale de l'Est face aux Rangers de New York.

L'an dernier, l'équipe a pu soumettre son nom au 'ballottage' sans crainte, ou presque. Cette année, la situation a changé.

«Nous verrons comment il va se tirer d'affaire au camp, et nous prendrons une décision à la fin.»

Pour l'entraîneur Michel Therrien, ce n'est pas un dilemme, mais c'est un beau problème à avoir.

«Ma position comme entraîneur, c'est que je suis très à l'aise avec Carey Price. C'est un très grand leader et un des meilleurs gardiens de la ligue. Il a un très bon second en Peter Budaj, en plus d'un jeune qu'on a tous découvert en séries éliminatoires (Tokarski).

«Éventuellement, nous devrons trancher entre les deux, nous le savons. Nous aimons réellement les deux jeunes hommes. C'est un beau problème à avoir.»

Pour ce qui est de Brodeur, Therrien a laissé entendre que Bergevin avait eu une discussion avec lui.

«Ça fait partie des priorités de Marc de se tenir informé de ce qui se passe à travers la ligue», a-t-il glissé.

Le vétéran Budaj, lui, a dit qu'il reste concentré sur ce qu'il doit faire afin de conserver son poste. C'est ce qu'il s'est appliqué à faire au cours de l'été et il dit se présenter au camp en grande forme et fort confiant.

Le Slovaque a mentionné qu'il n'avait pas eu vent des rumeurs impliquant Brodeur et qu'il les prenait avec un grain de sel.

Encore dans la famille

Francis Bouillon est encore un membre à part entière du Canadien, même s'il va participer au camp d'entraînement à titre d'invité. Lundi, il a pris part au tournoi de golf annuel en compagnie des vétérans.

Bergevin a expliqué que le défenseur âgé de 38 ans s'avère une bonne police d'assurance, au cas où des défenseurs tomberaient au combat au cours du camp.

«Vous connaissez ma philosophie là-dessus: une organisation n'a jamais trop de défenseurs, a rappelé Bergevin. Et puis l'an dernier, souvenez-vous, le jeune Nathan Beaulieu s'est blessé dès le début du camp.»

Therrien se réjouit de la présence de Bouillon dans l'entourage de l'équipe.

«J'apprécie Francis, vous le savez. Toute l'organisation l'apprécie. Je suis content de le voir au camp. Nous laissons les choses aller et nous verrons.»

Toujours de la place

Therrien a dit aborder son troisième camp depuis son retour à la barre du CH, en ayant l'esprit ouvert pour que des jeunes viennent mélanger les cartes.

«L'an dernier, un jeune comme Michael Bournival a fait sa place à l'aide de ses performances sur la glace. L'année précédente, la même chose s'était produite avec les Brendan Gallagher et Alex Galchenyuk.

«Nous souhaitons encore que des jeunes nous forcent à prendre des décisions par leurs performances», a-t-il conclu.

INOLTRE SU HUFFPOST

La saison 2013-2014 de la LNH en vidéos