NOUVELLES

La sélection des jurés pour le procès de Magnotta commence mardi

15/09/2014 06:06 EDT | Actualisé 15/11/2014 05:12 EST

MONTRÉAL - Le processus de sélection du jury du procès de Luka Rocco Magnotta pour meurtre au premier degré doit commencer mardi.

M. Magnotta a plaidé non coupable à cinq accusations en lien avec la torture et le démembrement en mai 2013 de Jun Lin, un étudiant chinois de 33 ans.

Le processus exhaustif visant à réunir un jury bilingue pourrait entraîner un délai de la présentation de la preuve, qui doit commencer lundi prochain.

Environ 300 des 1600 personnes qui ont été convoquées la semaine dernière devront revenir cette semaine pour être évaluées. La cour verra 24 candidats-jurés par jour jusqu'à ce qu'elle en ait choisi 16. De ceux-là, 14 entendront la cause.

Bien que la majeure partie du procès se fera en anglais, beaucoup de témoins s'exprimeront en français.

Des centaines de candidats au jury ont été exemptés la semaine dernière. La plupart ont dit qu'ils n'étaient pas bilingues.

En plus des accusations de meurtre, M. Magnotta a plaidé non coupable à des accusations d'outrage à un cadavre, de publication de matériel obscène, de harcèlement criminel envers le premier ministre Stephen Harper et d'autres députés, et d'avoir envoyé par la poste du matériel indécent et obscène.

Ce dossier a commencé en mai 2012, avec la découverte d'un torse dans les ordures, derrière un édifice d'appartements à Montréal. Des parties de corps ont ensuite fait surface dans différentes parties du Canada: d'abord dans des bureaux politiques à Ottawa, ensuite dans deux écoles de la Colombie-Britannique.

Une vidéo qui montrerait apparemment le démembrement du corps a été publiée en ligne environ au même moment. La police a relié la vidéo et les parties du corps découvertes.

Le juge de la Cour supérieure du Québec Guy Cournoyer, qui présidera le procès, a averti les candidats-jurés, la semaine dernière, qu'ils pourraient avoir à visionner des preuves et à entendre des témoignages difficiles.

Luka Rocco Magnotta est originaire de Scarborough en Ontario. Selon la police, il utilisait des dizaines de noms d'utilisateur sur Internet, administrait 70 pages Facebook et 20 sites Web.

Magnotta avait été arrêté en juin en Allemagne, après une cavale en France. Son procès doit s'amorcer le 22 septembre.

PLUS:pc