NOUVELLES

Hockey Canada doit donner le droit aux joueurs trans de choisir leur vestiaire

15/09/2014 04:44 EDT | Actualisé 15/11/2014 05:12 EST

TORONTO - Un règlement suivant une plainte contre Hockey Canada permettra aux joueurs de hockey mineur en Ontario de choisir leur vestiaire en fonction de s'ils se perçoivent comme garçons ou filles.

L'entente, qui comprend aussi une clause d'éducation, vise à protéger les jeunes hockeyeurs transgenres de discrimination et de harcèlement.

C'est Jesse Thompson, 17 ans, de Oshawa, qui a déposé la plainte en août 2013.

Il a affirmé être heureux de l'issue et espérer que les jeunes verront qu'ils n'ont plus à se cacher.

Il a ajouté que les joueurs pourront dorénavant pratiquer le sport qu'ils aiment et n'auront pas à arrêter à cause de ce qu'ils sont.

La nouvelle politique, qui s'applique à tous les joueurs de hockey mineur de l'Ontario qui sont sous l'égide de Hockey Canada, exige aussi de l'organisation qu'elle forme les entraîneurs sur la discrimination et le harcèlement ainsi que sur l'identité et l'expression de genres.

De plus, les joueurs ont le droit de se faire appeler par le nom qu'ils préfèrent et selon le genre qu'ils veulent.

Ce problème s'est manifesté dans la vie de Jesse Thompson il y a quatre ou cinq ans, lorsqu'il est entré dans la puberté.

«Je suis juste un garçon. Je suis comme tous les autres jeunes. Je suis juste un adolescent, a-t-il plaidé. Mais une fois que vous atteignez un certain âge, vous êtes forcés d'aller dans un autre vestiaire, carrément un garde-robe. Parfois, ils n'y a même pas de vestiaire pour les filles.»

La mère de Jesse, Alisa Thompson, a affirmé que c'était très difficile lorsqu'un entraîneur disait à son fils de sortir du vestiaire sous prétexte que «c'est une fille».

Il est aussi arrivé que d'autres parents manquent de compréhension.

«Des parents arrivaient et sortaient Jesse du vestiaires des filles parce que c'était seulement pour les filles», a-t-elle raconté.

Hockey Canada a refusé de commenter le règlement. Des militants pour les droits des transgenres, tant dans le monde du sport qu'à l'extérieur, l'ont applaudi.

Patrick Burke, cofondateur de la fondation You Can Play, a dit être reconnaissant envers Hockey Canada pour avoir accepté les changements et a exprimé son admiration pour le courage de Jesse.

À la Commission ontarienne des droits de la personne, la commissaire en chef Barbara Hall a déclaré qu'il s'agissait d'une autre étape importante.

«J'espère que les autres associations de hockey dans le monde voient qu'un grand changement se prépare, a exprimé Jesse Thompson. Il faut que tout le monde puisse jouer, être confortable et sentir qu'il ne sera pas victime de discrimination.»

PLUS:pc