NOUVELLES

La lutte contre l'État islamique s'organise

15/09/2014 07:16 EDT | Actualisé 15/09/2014 10:43 EDT
ASSOCIATED PRESS
French Foreign Minister Laurent Fabius, center, attends an international conference intended to come up with an international strategy against the Islamic State group, in Paris, Monday, Sept. 15, 2014. Reconnaissance planes at the ready, France’s president Francois Hollande said there was “no time to lose” in the global push to combat extremists from the Islamic State group as he opened an international conference to attack the problem _ minus the two countries who share most of Iraq’s borders. (AP Photo/Yoan Valat/ Pool)

La communauté internationale, réunie à Paris pour la conférence internationale sur la sécurité en Irak, a promis de soutenir la lutte de Bagdad contre les jihadistes de l'Etat islamique (EI) "par tous les moyens nécessaires", y compris militaires.

"Les participants à la conférence de Paris ont affirmé que Daesh (acronyme arabe de l'EI, NDLR) constitue une menace pour l'ensemble de la communauté internationale", selon le texte final de la réunion.

"Ils ont souligné l'urgente nécessité de mettre un terme à la présence de Daesh dans les régions où il a pris position en Irak. Dans cet objectif, ils se sont engagés à soutenir, par les moyens nécessaires, le nouveau gouvernement irakien dans sa lutte contre Daesh, y compris par une aide militaire appropriée, correspondant aux besoins exprimés par les autorités irakiennes", poursuit le document.

LIRE AUSSI:

» D'où viennent les étrangers venus grossir les rangs de l'État islamique? (CARTE INTERACTIVE)

» Le Canada va transporter des armes en Irak

» Qui sont les «terroristes»? À chacun son opinion, disent les experts

» La lutte contre l'État islamique s'organise

Ce soutien sera apporté "dans le respect du droit international et de la sécurité des populations civiles", assure-t-il.

"C'était à la fois une réunion de gravité et une réunion d'espoir", a estimé devant la presse le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, en se félicitant de la présence de "30 pays, qui sont parmi les plus puissants du monde et qui sont dans des situations géographiques, idéologiques diverses, mais qui tous disent 'nous avons decidé de lutter contre Daesh' ".

"Beaucoup ont insisté ce matin sur la nécessité de tarir le financeent de ce groupe terroriste et une conférence sera prochainement organisée à l'initiative de nos amis de Bahrein en ce sens", a-t-il indiqué.

En ouvrant dans la matinée la réunion, les présidents français François Hollande et irakien Fouad Massoum avaient lancé un appel pressant à l'engagement international contre les jihadistes de l'EI, une demande que l'Iran - pays voisin absent de la conférence - a toutefois d'emblée rejetée.

Les Etats-Unis mènent depuis le 8 août des frappes aériennes contre l'EI dans le nord de l'Irak, et plusieurs pays, dont la France, livrent des armes aux combattants kurdes irakiens, en première ligne dans le combat contre les jihadistes.

La conférence de Paris, qui réunissait notamment les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu, s'est tenue dans un contexte dramatique après la décapitation samedi par l'EI d'un otage britannique, David Haines, troisième otage occidental à subir un tel sort en moins d'un mois après les journalistes américains James Foley et Steven Sotloff.

L'État islamique en 7 points

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter