NOUVELLES

Les sociaux-démocrates formeront le nouveau gouvernement suédois

14/09/2014 08:30 EDT | Actualisé 14/11/2014 05:12 EST

STOCKHOLM - Les sociaux-démocrates suédois reviennent à la tête du pays après avoir battu le gouvernement de centre-droit au pouvoir depuis huit ans, lors des élections parlementaires qui avaient lieu dimanche.

Un parti opposé à l'immigration, les Démocrates suédois, a aussi fait une percée, alors qu'il a plus que doublé ses appuis depuis le dernier scrutin. Avec 13 pour cent du vote populaire, il détient la balance du pouvoir pour la formation du prochain gouvernement.

Le Parti social-démocrate a récolté plus de 43 pour cent du vote, alors que son rival de centre-droit, le Parti du rassemblement modéré, a obtenu moins de 40 pour cent des voix.

Le premier ministre sortant, Fredrik Reinfeldt, a concédé la victoire aux sociaux-démocrates et a annoncé que son gouvernement démissionnerait lundi.

Les résultats marquent la fin de huit années de baisses d'impôts et de politiques favorables au marché mises en place par le gouvernement Reinfeldt. Plusieurs Suédois lui reprochaient d'avoir sapé le système de protection sociale, qui les rend si célèbres dans le monde.

Le chef du Parti social-démocrate, Stefan Lofven, tenterait dans les prochains jours de s'unir avec le Parti vert et le Parti de gauche suédois pour la formation du gouvernement. S'il ne parvient pas à s'entendre avec eux, les sociaux-démocrates seront contraints d'aller vers leurs rivaux de l'extrême droite, les Démocrates suédois.

«Nous sommes désormais le troisième plus grand parti en Suède», s'est réjoui le chef des Démocrates suédois, Jimmie Akesson.

M. Reinfeldt a été le premier ministre conservateur qui est resté le plus longtemps au pouvoir dans l'histoire du pays. Son gouvernement a baissé les impôts pour les particuliers et les entreprises, en plus de privatiser certaines sociétés d'État comme le fabricant d'Absolut Vodka.

Dans les dernières années, bien que la Suède demeure l'un des pays les plus égalitaires au monde, l'écart entre les riches et les pauvres s'est creusé plus rapidement que dans la majorité des pays développés.

PLUS:pc