NOUVELLES

Les enfants gazaouis retournent à l'école deux semaines en retard

14/09/2014 07:48 EDT | Actualisé 14/11/2014 05:12 EST

GAZA, Territoire palestinien - Un demi-million d'enfants gazaouis ont réintégré tardivement leurs écoles, dimanche, après une guerre dévastatrice de 50 jours qui a causé la mort de plus de 2100 Palestiniens et des dommages importants dans les établissements scolaires de l'enclave palestinienne.

Dans la bande de Gaza, environ 230 000 enfants sont inscrits à l'école publique, de la première à la douzième année, 200 000 autres sont instruits dans des institutions de l'ONU, alors que des dizaines de milliers d'autres fréquentent des écoles privées.

La rentrée des classes a été retardée de deux semaines en raison des dommages matériels importants dans les écoles et des locaux de l'ONU qui avaient été transformés en refuges pendant le conflit. Quelques 50 000 personnes seraient toujours hébergées dans les écoles onusiennes, selon l'Agence des Nations unies pour les réfugiés en Palestine (UNRWA).

Dimanche matin, les rues de Gaza étaient remplies d'enfants vêtus d'uniformes, souvent accompagnés de leur famille.

À l'école primaire pour garçons Al-Zaitoun, les élèves se passaient des autocollants où étaient inscrits les noms de leurs anciens camarades tués durant la guerre, alors que les enseignants tentaient de composer avec les dommages dans leur école.

Contrairement aux années précédentes, pendant la première semaine d'école, les enfants recevront de l'aide psychologique en plus de participer à des activités récréatives pour les aider à se changer les idées de la guerre, a indiqué le ministre de l'Éducation de la bande de Gaza, Ziad Thabet.

«Nous avons fourni une formation spéciale à plus de 11 000 enseignants et 3000 directeurs et administrateurs pour qu'ils puissent aborder le sujet de la guerre avec les élèves», a expliqué le ministre.

Selon lui, la guerre a provoqué la destruction de 26 écoles gazaouies, en plus de causer des dommages dans 232 établissements.

Depuis la formation d'un gouvernement palestinien de coalition entre le Hamas et le Fatah, le financement de l'éducation demeure insuffisant, estime M. Thabet.

L'UNICEF abonde dans son sens: «Sans une augmentation de leur appui financier et de leur engagement envers leurs écoles, une génération entière pourrait être perdue à Gaza», a regretté June Kunugi, représentante de l'organisme.

L'UNICEF apporte de l'aide en offrant des ressources aux enfants et des programmes de formation aux professeurs.

PLUS:pc