NOUVELLES

Les Colts ont passé la semaine à tenter de garder le rythme des Eagles

14/09/2014 01:28 EDT | Actualisé 14/11/2014 05:12 EST

INDIANAPOLIS - Matt Hasselbeck a passé la semaine dernière à courir.

L'ex-quart partant au Super Bowl, qui est maintenant le réserviste derrière Andrew Luck à Indianapolis, a couru jusqu'à la ligne de mêlée et a appelé une série de jeux afin d'offrir un aperçu à la défensive des Colts du rythme effréné auquel elle sera confrontée lundi soir.

Hasselbeck a reconnu qu'il aimait bien le dynamisme de l'attaque des Eagles de Philadelphie, mais la défensive a appris quelque chose: ce n'est pas amusant de garder le rythme des Eagles.

«C'est très difficile, très difficile d'être étanche en défensive, a reconnu l'entraîneur-chef des Colts Chuck Pagano. Ça se déroule d'un bout à l'autre du terrain, comme une partie de football entre amis.»

L'attaque des Eagles est capable de venir à bout de pratiquement n'importe quelle équipe dans cette ligue.

À la première saison de Chip Kelly au poste d'entraîneur-chef, les Eagles ont mené la NFL aux chapitres des verges de gains au sol et des verges de gains par course, terminant deuxièmes pour le total de verges de gains, et quatrièmes pour les points par match. Lors du premier match régulier la semaine dernière, les Eagles (1-0) ont fait ce qu'ils font de mieux. Les champions en titre de la section Est de l'Association nationale ont marqué 34 points en deuxième demie, ont amassé 145 verges de gains au sol et ont effecté 82 jeux offensifs — le deuxième plus haut total de la ligue.

Les Colts (0-1) sont peut-être préparés à ça, après avoir affronté Peyton Manning et son attaque sans caucus la semaine dernière à Denver. Pagano a toutefois laissé entendre que c'était impossible de reproduire ce que font les Eagles. Selon ses calculs, ils ont effectué un jeu à toutes les 20 secondes environ la semaine dernière.

La préparation pour ce duel a commencé pendant la saison morte, lorsque Pagano a donné la consigne à ses adjoints de réfléchir à la façon de s'entraîner. Ça n'a pas été simple.

«Ce n'est pas comme à l'université, où une centaine de joueurs se retrouvent sur le terrain et tu peux les séparer afin d'organiser deux caucus distincts, a-t-il expliqué. Pendant que l'un est sur la ligne de mêlée, l'autre est en caucus afin de préparer le prochain jeu, donc c'est 'bam, bam, bam, bam'; ça n'arrête jamais. Nous n'avons pas assez de joueurs pour faire la même chose. Donc nos gars ont suggéré différentes manières de reproduire et de simuler le rythme des Eagles.»

Pagano a toutefois refusé d'expliquer comment.

Le concept de Kelly est simple: en allant vite, l'attaque profite de confrontations avantageuses; fatigue ses adversaires; peut contraindre la défensive à commettre des erreurs et à écoper de pénalités. Ça force aussi le quart adverse à tenter de marquer des points lorsqu'il est sur le terrain.

Les Eagles ne peuvent imaginer une meilleure scène que le "Monday Night Football" pour présenter leur attaque divertissante.

«C'est de toute évidence particulier, a dit le demi offensif LeSean McCoy. Le monde entier regarde, vous savez? C'est là que tout le monde comprend ce qui se passe vraiment et prend conscience de la qualité d'une équipe. J'ai hâte. J'ai hâte à lundi soir afin de démontrer mon talent, mais aussi pour démontrer la prestance de notre équipe.»

PLUS:pc