NOUVELLES

Le Grand Prix cycliste de Montréal durera encore au moins cinq autres années

14/09/2014 12:30 EDT | Actualisé 14/11/2014 05:12 EST
FOTOimage

MONTRÉAL - Tout indique que les amateurs de cyclisme professionnel de Montréal et de la province de Québec seront choyés pendant au moins cinq autres années.

De passage à la ligne de départ/arrivée du Grand Prix cycliste de Montréal, dimanche matin, le maire Denis Coderre a annoncé que la Ville s'était engagée à soutenir l'événement jusqu'en 2019.

Interrogé alors qu'il se trouvait en bordure de la piste, Serge Arsenault, président des Grands Prix cyclistes de Québec et de Montréal, a confié avoir lui-même appris la nouvelle de la bouche de M. Coderre. Il n'a pas caché sa joie d'autant plus, a-t-il rappelé, qu'un tel événement se prépare trois ou quatre ans à l'avance.

«Quelle heureuse nouvelle nous a livrée le maire ce matin, s'est exclamé M. Arsenault, dans un communiqué de presse. Tout portait à croire que la Ville nous appuierait dans les prochaines éditions, mais cette annonce, faite avant que le peloton ne s'élance devant des milliers de spectateurs, démontre l'attachement de ce précieux partenaire pour notre événement. Cette nouvelle est une garantie de stabilité pour les Grands Prix cyclistes de Québec et de Montréal, seules épreuves en Amérique de l'UCI World Tour», a-t-il commenté.

M. Arsenault s'est d'ailleurs dit persuadé que l'événement aura encore lieu à Montréal dans 30 ans.

Les autorités de la ville de Québec ont, pour leur part, affirmé leur volonté de pérenniser également l'événement pour les prochaines années. Une annonce en ce sens devrait suivre dans les prochaines semaines.

C'est en septembre 2010 que les plus grands cyclistes du monde entier se sont réunis pour la première fois non seulement au Québec et au Canada, mais aussi en Amérique sur un circuit du calendrier de l'UCI World Tour. Cinq ans plus tard, Arsenault et son équipe se disent fiers de constater l'évolution de leur projet et de la place qu'il s'est taillé à l'échelle mondiale, et comptent bien reconduire ce rendez-vous sportif pendant encore plusieurs années afin de poursuivre la tradition cycliste nord-américaine.

«La semaine des GPCQM est devenue un passage obligé pour les équipes professionnelles qui s'engagent année après année à nous livrer des moments sportifs incroyables», a affirmé M. Arsenault.

«En plus d'avoir apporté une importante visibilité à notre équipe nationale, nos événements ont su mettre de l'avant les villes hôtes de nos rendez-vous cyclistes et générer des retombées économiques, sociales et touristiques importantes pour le Québec», a-t-il ajouté.

Selon ses responsables, les Grands Prix de Québec et de Montréal ont produit des retombées directes et indirectes pour la province de l'ordre de 150 700 000 $.

Si, en 2014, la course a été privée de quelques-uns de ses plus grands noms - inscrits au Tour d'Espagne - l'événement a néanmoins su attirer quelques-uns des cyclistes les plus prestigieux, au fil des quatre premières années. Alberto Contador, Cadel Evans, Christopher Froome et Andy Schleck, quatre anciens vainqueurs du Tour de France, ont tous fait escale au Québec, à un moment ou à un autre, tandis que le Portugais Rui Alberto Faria Da Costa, actuel champion du monde de l'UCI World Tour, n'a encore jamais manqué le rendez-vous en terre québécoise.

INOLTRE SU HUFFPOST

Grand Prix cycliste de Montréal