NOUVELLES

Un nouveau convoi d'aide humanitaire russe entre en Ukraine, sans appui de Kiev

13/09/2014 02:14 EDT | Actualisé 13/11/2014 05:12 EST

LOUGANSK, Ukraine - Un convoi de plus de 200 camions blancs ont franchi la frontière russe pour livrer de l'aide humanitaire à la ville ukrainienne de Lougansk, samedi, malgré l'absence de consentement de Kiev, mais tout de même accueilli en silence par les dirigeants ukrainiens.

«Tôt ce matin, nous sommes entrés en Ukraine pour apporter de l'aide à Lougansk, a indiqué Youri Stepanov, un Russe qui supervisait le convoi. Nous sommes venus avec environ 215 véhicules», a-t-il ajouté, alors que des employés déchargeaient des boîtes dans un entrepôt. Cette aide très en demande arrive alors que les affrontements reprennent entre les rebelles prorusses et les forces gouvernementales, sapant un peu plus une trêve déjà fragile dans la région.

Samedi, l'opération militaire ukrainienne dans l'Est a annoncé avoir repoussé une attaque rebelle contre l'aéroport de Donetsk sous contrôle gouvernemental, qui a été pris pour cible par l'artillerie rebelle vendredi. Les autorités ukrainiennes ont également admis, pour la première fois depuis l'entrée en vigueur du cessez-le-feu la semaine dernière, qu'elles avaient infligé des pertes aux insurgés.

Il était possible d'entendre des tirs continus de roquettes à Donetsk, dans la nuit de vendredi à samedi. Un communiqué publié sur le site Internet du conseil municipal indique que des obus ont touché des bâtiments résidentiels près de l'aéroport, bien qu'on ne rapporte aucun blessé. Une colonne de trois lance-roquettes Grad, leurs munitions encore en place, se déplaçait librement samedi dans la ville sous contrôle rebelle.

Dans l'autre capitale régionale sous contrôle rebelle, Lougansk, l'une des villes les plus durement touchées où des dizaines de milliers de personnes sont sans eau, électricité ou téléphone depuis des semaines, les rues étaient calmes alors que les chauffeurs russes déchargeaient l'aide humanitaire. Selon M. Stepanov, la cargaison consistait principalement des produits alimentaires — riz, sucre et poisson et boeuf en conserve —, mais aussi des fournitures médicales, de l'équipement technique et des vêtements.

À l'intérieur de l'entrepôt, un journaliste de l'Associated Press a vu des bouteilles d'eau portant le logo du parti russe LDPR, dirigé par le nationaliste virulent Vladimir Zhirinovski. M. Stepanov a indiqué que son équipe n'était responsable que de la livraison, et que la distribution des biens serait gérée par les autorités locales — ce qui signifie, pour l'instant, les leaders de la république autoproclamée de Lougansk.

Gennadi Tsepkalo, un important responsable chez les séparatistes, a précisé que les retraités, les patients dans les hôpitaux et les élèves seraient les premiers à recevoir l'aide. Les combattants rebelles ne se serviront pas dans ces réserves d'urgence, a-t-il précisé.

Lougansk porte les cicatrices d'une campagne de bombardement de plusieurs semaines de la part des troupes gouvernementales, campagne qui n'a pas été couronnée de succès. Le gouvernement a repris de vastes pans de territoire aux séparatistes sur plusieurs semaines, mais une importante contre-attaque rebelle lancée à la fin août a mis fin, voire renversé cette progression.

Un accord conclu en août entre la Russie, l'Ukraine et la Croix-Rouge a permis à Moscou d'envoyer de l'aide humanitaire dans la région, du moment que les véhicules étaient inspectés par les gardes-frontières ukrainiens et escortés par la Croix-Rouge. Après deux semaines d'attente à la frontière pour que tous conviennent de termes communs, la Russie a fait entrer sa cargaison sans l'accord de Kiev.

PLUS:pc