NOUVELLES

Référendum: des célébrités écossaises de tous les domaines choisissent leur camp

12/09/2014 01:58 EDT | Actualisé 12/11/2014 05:12 EST
Getty

LONDRES - L'issue du prochain référendum sur l'indépendance de l'Écosse est difficile à prédire. Le camp du Oui a James Bond, mais celui du Non a Harry Potter.

L'ex-agent 007 Sean Connery appuie depuis longtemps l'indépendance de l'Écosse — depuis sa résidence dans les Bahamas. Plus tôt cette année, il a manifesté son soutien envers l'indépendance, jugeant que «le peuple d'Écosse est le meilleur gardien de son propre avenir».

Dans le camp opposé se trouve J.K. Rowling, la créatrice du sorcier Harry Potter, domiciliée à Édimbourg. Lorsqu'elle a déclaré que l'indépendance pourrait devenir «une énorme erreur historique» et versé un million de livres (1,8 million $ CAN) à la campagne du Non, une douche froide est tombée sur le camp du Oui.

Connery et Rowling font partie des célébrités écossaises ou vivant en Écosse qui ont publiquement appuyé l'une ou l'autre des campagnes, mais certains experts suggèrent que leur influence pourrait être limitée.

Les célébrités pro-indépendance incluent l'acteur Gerard Butler, les membres du groupe Franz Ferdinand et l'auteur de «Trainspotting» Irvine Welsh.

Alan Cumming, qui interprète Eli Gold dans la série «The Good Wife» («Une femme exemplaire»), s'est rendu en Écosse plus tôt cette semaine pour participer à la campagne pour l'indépendance.

D'autres personnalités ont pour leur part décidé que l'Écosse et le reste du Royaume-Uni sont — pour citer le slogan de la campagne du Non — «meilleurs ensemble».

La chanteuse Susan Boyle, qui réside toujours dans le petit village écossais de son enfance, a déclaré qu'elle allait voter Non, affirmant au journal Scottish Sun : «nous avons été capables de conserver notre identité tout en faisant partie de la Grande-Bretagne».

L'ancien entraîneur du Manchester United Alex Ferguson affirme pour sa part que les Écossais qui habitent en Angleterre comme lui «ne vivent pas dans un pays étranger, nous sommes simplement dans une autre partie de la famille du Royaume-Uni».

Le sociologue Ellis Cashmore, auteur du livre «Celebrity Culture», croit que l'opinion des célébrités n'aura que peu d'impact sur le résultat du vote de jeudi prochain.

«Les célébrités ont davantage d'influence lorsque l'enjeu qu'elles défendent n'est pas à l'avant-plan dans l'esprit des gens», explique-t-il, citant le travail de Bono de U2 et de Chris Martin de Coldplay pour sensibiliser la population à la famine et aux conflits dans les pays en voie de développement.

Selon le sociologue, les résidants de l'Écosse, et de la Grande-Bretagne en général, sont déjà préoccupés par le sujet de l'indépendance, de sorte que les interventions des personnalités n'ont que peu d'impact.

Du côté de l'Angleterre, plusieurs artistes ont manifesté leur affection pour le Royaume-Uni tel que formé par l'Angleterre, l'Écosse, le Pays de Galles et l'Irlande du Nord.

La campagne «Let's Stay Together» («Restons ensemble») a recruté plusieurs vedettes, incluant Mick Jagger, Paul McCartney, Simon Cowell, Judi Dench, Helena Bonham Carter et Patrick Stewart pour signer une lettre dans laquelle il est écrit que «ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous divise».

Cette opinion est aussi celle de David Bowie, un Britannique résidant à New York, qui a envoyé un message disant «Écosse, reste avec nous s'il te plaît» pendant la cérémonie des Brit Music Awards plus tôt cette année.

D'autres personnalités écossaises ont quant à elle choisi de demeurer discrètes.

Le joueur de tennis Andy Murray et l'auteur de polars Ian Rankin ont tous les deux refusé de dire quelle option aurait leur vote.

L'acteur de la franchise «X-Men», James McAvoy, a lui aussi choisi de ne pas révéler son opinion, mais il a mis au défi les leaders des deux camps, Alex Salmond et Alistair Darling, de participer au défi Ice Bucket pour venir en aide à une bonne cause. Unis pour une fois, ils ont tous les deux relevé le défi.