NOUVELLES

L'Union européenne impose de nouvelles sanctions à la Russie

12/09/2014 08:10 EDT | Actualisé 12/11/2014 05:12 EST

BRUXELLES - Les nouvelles sanctions annoncées vendredi par l'Union européenne à l'endroit de la Russie approfondissent les pénalités déjà imposées aux banques du pays, à ses fabricants d'armes et à Rosneft, sa plus grosse banque.

Ces sanctions visent à punir Moscou pour ce que l'Occident perçoit comme étant ses tentatives de déstabiliser l'Ukraine.

Les États-Unis devraient eux aussi annoncer de nouvelles sanctions vendredi.

Les mesures européennes sont devenues officielles vendredi, après avoir fait l'objet d'une entente préliminaire jeudi, et élargissent la portée des sanctions annoncées en juillet. Elles restreignent ainsi encore plus l'accès aux marchés européens des capitaux, ce qui freinera par exemple les capacités d'emprunt des entreprises russes.

Ces restrictions s'appliqueront dorénavant non seulement aux banques, mais aussi aux grandes firmes d'armements et d'hydrocarbures.

De plus, l'Union européenne a élargi la portée des restrictions qui existaient déjà sur les exportations de biens de haute technologie et de produits qui pourraient être utilisés à des fins militaires — ce qu'on appelle des biens à double usage.

Les sanctions interdisent à 24 autres dirigeants russes de voyager sur le territoire de l'UE et gèlent leurs actifs en Europe. On retrouve parmi ces dirigeants quatre présidents adjoints du Parlement ainsi que les leaders séparatistes en Ukraine. Un très proche collaborateur du président Vladimir Poutine, l'ancien agent du renseignement devenu homme d'affaires Sergeï Viktorovich Chemezov, fait aussi l'objet de sanctions.

Les sanctions européennes interdisent aux pays de l'UE de signer de nouveaux contrats de forage, d'exploration ou autres, en ce qui concerne les projets russes dans l'Arctique, en mer profonde ou de gaz de schiste. La Russie détient une participation majoritaire dans Rosneft, mais le géant britannique BP est propriétaire d'une participation de 19,75 pour cent.

Les restrictions imposées à l'accès aux marchés européens des capitaux touchent aussi le gestionnaire de pipelines Transneft, la filiale d'hydrocarbures du géant public de l'énergie Gazprom et le constructeur d'avions United Aircraft Corporation.

Les sanctions entrent en vigueur dès maintenant et seront réexaminées par les pays membres de l'UE à la fin du mois. La Russie a menacé d'adopter des mesures de rétorsion.

Le président du Parlement européen, Martin Schulz, a déclaré lors d'une conférence à Kiev que ces mesures doivent démontrer à Moscou que «rien ne sera plus jamais comme avant».

PLUS:pc