NOUVELLES

Le révérend nord-irlandais Ian Paisley est décédé à 88 ans

12/09/2014 09:18 EDT | Actualisé 12/11/2014 05:12 EST

DUBLIN - Le virulent révérend nord-irlandais Ian Paisley est décédé vendredi à Belfast à l'âge de 88 ans, a annoncé sa femme.

Le révérend Paisley avait consacré sa vie à faire échouer tout compromis avec les catholiques, avant d'adoucir considérablement ses positions vers la fin de sa vie.

Le révérend Paisley a été le politicien le plus contoversé d'Irlande du Nord pendant 30 ans de conflit. Ses sermons enflammés semblent avoir fréquemment jeté de l'huile sur le feu d'affrontements qui ont fait plus de 3700 morts.

Pourtant, en 2007, alors qu'il se trouvait au sommet de son pouvoir, le révérend Paisley a estomaqué la planète en assemblant un premier gouvernement stable d'unité nationale entre les protestants britanniques et les catholiques irlandais. Le «docteur Non», comme on le surnommait, a finalement dit «oui» — son revirement soudain permettant de cimenter un processus de paix qu'il avait tout fait pour mettre en échec.

Dès les premiers jours du conflit en Irlande du Nord, le révérend Paisley avait condamné tout leader politique ou religieux protestant qui aurait l'audace de se rapprocher de l'Église catholique ou des nationalistes irlandais. Les protestants plus modérés voyaient en lui un illuminé bourré de préjugés.

Le révérend Paisley était allé jusqu'à traiter le pape d'«anti-Christ» et les principales dénominations protestantes de «Judas oecuméniques».

Il a ensuite, au fil des ans, fréquemment réclamé la destruction militaire de l'Armée républicaine irlandaise (IRA), avant de dénoncer les accords du Vendredi saint, en 1998, comme une reddition face aux «hommes de sang» du Sinn Féin, la branche politique de l'IRA.

Les protestants se rangeaient derrière lui avec une telle ferveur qu'aucune initiative politique ne pouvait espérer survivre sans son accord. Plusieurs leaders protestants qui ont tenté de lui barrer le chemin ont été piétinnés.

Le révérend Paisley a été élu premier ministre d'Irlande du Nord en mars 2007, pendant que Martin McGuiness, un ancien commandant de l'IRA, devenait premier ministre adjoint. Les deux hommes ne se sont jamais serré la main, mais ont affirmé avoir développé un respect sincère l'un envers l'autre.

Encore aujourd'hui, les analystes se questionnent sur ce soudain adoucissement des positions du révérend.

Le révérend Paisley a quitté la tête du gouvernement en 2008. La coalition entre son parti et le Sinn Féin a continué à gouverner l'Irlande du Nord en harmonie. Il a prononcé son dernier sermon le 18 décembre 2011.

Il laisse derrière lui sa femme, trois filles, deux fils et plusieurs petits-enfants.

PLUS:pc