NOUVELLES

Tragédie de Lac-Mégantic: aucune autre accusation ne sera déposée

11/09/2014 12:59 EDT | Actualisé 11/11/2014 05:12 EST

LAC-MÉGANTIC, Qc - La Couronne a annoncé jeudi qu'elle ne déposerait pas d'autres accusations dans le dossier de la tragédie de Lac-Mégantic, ce qui laissera vraisemblablement le grand patron de la Montreal, Maine & Atlantic Railway (MMA), Ed Burkhardt, à l'extérieur du palais de justice.

M. Burkhardt était le président de la MMA, la société ferroviaire au coeur de la tragédie de juillet 2013, qui a fait 47 morts et soufflé la majeure partie du centre-ville de Lac-Mégantic. De nombreux résidents de la localité ont réclamé que des poursuites soient déposées contre lui.

Ce sont plutôt trois employés ainsi que l'entreprise MMA qui feront face à la justice. Le porte-parole du Bureau du directeur des poursuites criminelles et pénales, Jean-Pascal Boucher, a confirmé à La Presse Canadienne, jeudi, que personne d'autre ne serait accusé relativement à la tragédie.

«Dans ce dossier-là, à la suite de l'analyse de toute l'enquête policière, de tous les éléments de preuve soumis, incluant les éléments de preuve qui devront être transmis — une preuve documentaire volumineuse en provenance des États-Unis, qui va être divulguée mais dont on a pris connaissance —, il n'y aura pas de nouvelles accusations contre quiconque dans ce dossier», a affirmé M. Boucher.

Le conducteur de train Tom Harding, le contrôleur ferroviaire Richard Labrie et le directeur des opérations de la MMA au Québec, Jean Demaître, font chacun face à 47 accusations de négligence criminelle ayant causé la mort. Ils devront toutefois patienter jusqu'au 15 janvier, soit 18 mois après le déraillement, pour savoir à quel moment leur audience préliminaire se déroulera, a-t-on appris jeudi.

Leur éventuelle condamnation pourrait entraîner une peine d'emprisonnement à vie.

En entrevue à La Presse Canadienne, l'avocat Tom Walsh, qui défend M. Harding, a expliqué que la Couronne avait déposé des preuves supplémentaires jeudi, mais que d'autres éléments ne seront disponibles qu'en décembre.

M. Harding a comparu au palais de justice de Lac-Mégantic jeudi, bien qu'il n'y était pas obligé. Il ne s'est pas adressé aux journalistes. Me Walsh a affirmé qu'il était important pour lui d'être présent.

«Les projecteurs sont braqués sur lui, en quelque sorte, a-t-il dit. Vous devez vous présenter devant des gens qui ont tout perdu comme eux. Vous ne serez jamais confortable avec ça, mais au moins vous êtes là, vous n'avez pas peur de vous présenter, de faire voir votre visage. C'est une obligation morale importante», a expliqué Me Walsh.

L'avocat a aussi affirmé que les témoins potentiels devraient être connus avant la mi-janvier.

Rapport du BST

Le syndicat et les avocats qui représentent MM. Harding et Labrie ont récemment demandé à la Couronne de retirer les accusations, à la lumière des récentes conclusions du rapport du Bureau de la sécurité des transports (BST). M. Demaître n'est pas syndiqué.

Selon eux, les procureurs doivent réévaluer le dossier en tenant compte du rapport, qui désigne la «faible culture de sécurité» de la MMA comme un facteur ayant mené à la tragédie. Montreal, Maine & Atlantic Railway Canada, une filiale de la MMA, qui a fait faillite, est visée par les mêmes accusations que les trois hommes.

Le rapport désignait 18 facteurs au total. Il citait notamment Transports Canada pour sa surveillance insuffisante de l'industrie ferroviaire, et Tom Harding, qui n'a pas actionné un nombre suffisant de freins à main sur le train et n'a pas fait les vérifications nécessaires avant de laisser le convoi sans surveillance pour la nuit.

Les procureurs avaient répondu que le rapport du BST ne changeait rien aux preuves de la police qui ont déjà été évaluées.

Tom Walsh considère que les actions de son client étaient des «erreurs humaines», et non de «l'insouciance injustifiée ou téméraire» qui pourrait mener à un verdict de culpabilité criminelle.

Il a également mentionné les conclusions du BST sur la MMA et Transports Canada. Il a suggéré qu'une enquête publique ait lieu, ce qui contribuerait à examiner chacun des facteurs.

Les trois hommes ont été accusés à Lac-Mégantic en mai. M. Walsh avait alors affirmé que M. Harding allait plaider non coupable. Il avait également demandé un procès avec jury.

De nombreux résidents de Lac-Mégantic qui avaient assisté à l'arrivée des suspects, en mai, avaient exprimé leur désir de voir les autorités accuser les responsables gouvernementaux et ferroviaires.

Avant de quitter le train, le soir précédant le déraillement, M. Harding avait téléphoné à la MMA pour rapporter un problème mécanique sur la locomotive et une épaisse fumée qui sortait du tuyau d'échappement. L'entreprise lui avait dit qu'il pouvait laisser le train pour la nuit, et il s'est retiré dans sa chambre d'hôtel.

Plus tard dans la nuit, un incendie s'est déclaré dans la locomotive. Les pompiers ont éteint le moteur, ce qui a désactivé les freins à air. Un contrôleur de voie ferrée, qui n'avait pas d'expérience avec les locomotives, a rencontré les pompiers sur les lieux. Le train a éventuellement commencé à rouler seul vers Lac-Mégantic, où il a déraillé, puis explosé.

PLUS:pc