NOUVELLES

Publicité: après un trimestre difficile, Transcontinental s'attend à une reprise

11/09/2014 11:48 EDT | Actualisé 11/11/2014 05:12 EST

MONTRÉAL - Après un trimestre difficile où le recul des revenus publicitaires été significatif pour la quasi-totalité de ses publications, TC Transcontinental (TSX:TCL.A) s'attend à ce que la situation se redresse peu à peu au cours des prochains mois.

«Pour nous, ça été un trimestre beaucoup plus faible que nous l'anticipions», a reconnu son président et chef de la direction, François Olivier, jeudi, en conférence téléphonique visant à discuter des résultats du troisième trimestre.

Autant au niveau national que régional, le recul des revenus publicitaires a oscillé entre 10 et 15 pour cent, a-t-il estimé.

Au Québec, la distribution de circulaires a progressé de deux pour cent mais les publicités ont fléchi de 10 pour cent, principalement en raison de retards dans l'acquisition des journaux hebdomadaires de Sun Media.

«Nous nous attendons à un meilleur quatrième trimestre, a souligné le pdg de Transcontinental aux analystes. Le troisième trimestre a été très, très faible pour nous, autant à l'échelle nationale que locale.»

Cette situation n'a toutefois pas empêché l'imprimeur et éditeur de dépasser les attentes puisque ses profits ont bondi de 45 pour cent, et ce, en dépit de la faiblesse du marché publicitaire.

Pour la période de trois mois terminée le 31 juillet dernier, le bénéfice net de l'entreprise a été de 44,2 millions $, ou 56 cents par action, comparativement à 30,1 millions $, ou 39 cents par action, à la même période l'an dernier.

En excluant les éléments non récurrents, le bénéfice a grimpé de 12 pour cent pour atteindre 33,4 millions $, ou 48 cents par action.

Le chiffre d'affaires a quant à lui été de 500 millions $, en hausse de 1,9 pour cent, en grande partie grâce aux acquisitions de l'imprimeur d'emballages souples de produits alimentaires Capri Packaging ainsi que des hebdomadaires québécoise de Sun Media.

Toutefois, en excluant ces acquisitions, les revenus internes ont fléchi de 2,7 pour cent.

«Nous sommes satisfaits de voir notre rentabilité progresser dans notre secteur des médias malgré un marché publicitaire qui demeure rempli de défis», a expliqué M. Olivier.

Le résultat opérationnel ajusté du secteur des médias a bondi de 55 pour cent, à 12,1 millions $, notamment grâce à des réductions de coûts ainsi qu'à la conclusion d'ententes de distribution avec Postmedia (TSX:PNC.B) à Calgary et Montréal.

M. Olivier a également laissé entendre que Transcontinental était en pourparlers avec plusieurs éditeurs de quotidiens qui cherchent à réduire leurs dépenses en mettant fin à leurs activités d'impression.

«Nous avons des discussions avec plusieurs (compagnies) parce que ce n'est pas un secret: le marché publicitaire pour les quotidiens était difficile l'an dernier, et plus il y a de défis du côté des revenus, plus il faut chercher à sauver de l'argent», a-t-il observé.

Le patron de Transcontinental estime que le réseau d'imprimeries de l'entreprise au Canada est en mesure de faire économiser beaucoup d'argent aux éditeurs de quotidiens au pays.

Par secteur, les revenus ont progressé dans l'impression (2,4 pour cent) et les médias (1,27 pour cent). Dans celui des ventes inter-sectorielles, Transcontinental a creusé sa perte, à 20,5 millions $.

La semaine dernière, Transcontinental a annoncé la fermeture de 20 publications hebdomadaires et la vente de 14 autres dans la foulée de son acquisition du portefeuille de journaux de Sun Media au Québec.

La décision de fermer les journaux a été prise parce que l'éditeur n'a pu trouver que 14 acheteurs pour les 33 publications que le Bureau de la concurrence l'obligeait à vendre en échange de l'approbation pour l'entente de 75 millions $ visant l'acquisition de 74 hebdomadaires de la division Sun Media de Québecor (TSX:QBR.B).

Transcontinental s'attend à prendre plus de temps que prévu à réaliser les synergies en lien avec cette transaction en raison des délais occasionnés par le processus de mise en vente de certains journaux par le Bureau de la concurrence.

À la Bourse de Toronto, le titre de l'entreprise — qui publie plus de 30 magazines, dont Elle Québec, Coup de pouce et l'hebdomadaire Les Affaires — a clôturé à 15,54 $, en hausse de deux cents.

PLUS:pc