POLITIQUE

Manifestation à Barcelone: des Québécois parmi la forêt de drapeaux catalans (PHOTOS/VIDÉO)

11/09/2014 06:23 EDT | Actualisé 12/09/2014 10:36 EDT

Parmi la forêt de drapeaux rouge et or à Barcelone, les nationalistes catalans côtoyaient leurs pendants québécois, armés de leurs drapeaux bleu et blanc. Ensemble, ils ont réclamé le droit de se prononcer par référendum sur l'avenir de la Catalogne dans l'Espagne, à l'instar de l'Écosse.

Selon les estimations de la mairie, environ 1,8 million manifestants ont formé un «V» pour «voter» sur deux grandes avenues de la ville. Madrid a fait plutôt état d'un demi-million de personnes.

Une «délégation québécoise» formée de militants souverainistes était sur place avec le drapeau à la fleur de lys pour démontrer leur soutien aux nations qui rêvent d'indépendance.

Le producteur et réalisateur Éric Ruel (Gentilly or not to be, Les États-Désunis du Canada) était l'un des Québécois sur place. Il a traversé l'Atlantique pour documenter le mouvement nationaliste catalan et dit avoir encore les larmes aux yeux, à peine quelques heures après la fin du rassemblement, tant l'évènement l'a marqué.

«Je n'ai jamais senti un impact comme ça. Les gens étaient animés, ils étaient vivants, ils sont rendus à un niveau où ils demandent simplement d'aller voter. Avec cette énergie-là, ils vont renverser la tendance.»

Le texte se poursuit ci-dessous.

Du Québec à la Catalogne, images du rassemblement du 11 septembre 2014

Éric Ruel pense que les mouvements citoyens réussissent là où les politiciens échouent. Grâce aux nouvelles technologies et aux réseaux sociaux, dit-il, tous peuvent «avoir le même genre de force que les grandes organisations avec les grands budgets».

«La société civile catalane a changé les règles du jeu, et c'est comme ça qu'ils ont l'acceptabilité», croit le réalisateur.

En route vers un référendum?

Fiers de leur langue et de leur culture, nombre des 7,5 millions de Catalans pensent que le gouvernement central ne les respecte pas.

Cette région, qui produit un cinquième de la richesse de l'Espagne, n'a pas accepté que le Tribunal constitutionnel la prive de son statut de nation en 2010, en réduisant fortement l'autonomie dont elle jouissait.

Le président catalan Artur Mas compte faire adopter dans les prochains jours par le Parlement catalan une loi qui lui permette d'organiser la consultation, mais le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy a prévu de saisir immédiatement le Tribunal constitutionnel pour qu'il suspende cette loi.

Lors de la Diada de 2012, une manifestation de plus d'un million de personnes avait contraint le gouvernement régional à promettre une consultation sur une éventuelle indépendance de la Catalogne. Après celle de l'année dernière, pendant laquelle les militants avaient formé une chaîne humaine de 400 kilomètres de long, l'exécutif catalan a fixé la date du scrutin au 9 novembre prochain.

Ce rassemblement marque le 300e anniversaire de la prise de Barcelone en 1714 par les troupes du roi Philippe V, qui abolit les lois et les institutions catalanes. Symboliquement, le temps fort de la manifestation avait été fixé à 17h14.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les désirs d'indépendance dans le monde