DIVERTISSEMENT

Louis-Jean Cormier bientôt en studio pour son prochain album

11/09/2014 03:10 EDT | Actualisé 11/09/2014 03:43 EDT
Jean-François Cyr

Louis-Jean Cormier et Adèle Trottier-Rivard entreront bientôt en studio pour enregistrer le prochain album de Louis-Jean. C’est ce qu’a confié Michel Rivard, le père d’Adèle, lors du dévoilement des nominations du 36e Gala de l’ADISQ, plus tôt cette semaine.

Chanteuse et percussionniste, Adèle Trottier-Rivard s’est beaucoup fait remarquer grâce à sa collaboration au premier effort solo de Louis-Jean, Le treizième étage, lancé en septembre 2012.

La tournée qui a suivi la sortie de l’opus s’achèvera prochainement et, parallèlement, Adèle se produit sur scène avec Ludovic Alarie, qui a proposé sa première galette en avril dernier. Le travail sur le nouveau matériel de Louis-Jean Cormier s’entamera dans quelques semaines.

Bien sûr, Michel Rivard se montre très enthousiaste lorsqu’on évoque la carrière de sa fille. «Je ne peux m’empêcher de trouver qu’elle a une belle voix, qu’elle joue bien des percussions et qu’elle a une belle attitude, a souligné l’auteur-compositeur. Je suis très fier de ma fille, et très fier de son attitude, aussi, qui est artisanale. Moi, le vedettariat ne m’a jamais intéressé ; peut-être que je lui ai inculqué ça. La renommée, c’est agréable, parce que ça signifie que les gens écoutent et aiment ce qu’on fait, mais je ne suis pas là-dedans pour ça, et elle non plus. On est dans ce milieu parce qu’on aime la musique, les textes, les chansons.»

Michel Rivard est papa d’une autre fille, Joséphine, elle aussi née de son union avec Marie-Christine Trottier, qui a étudié en histoire de l’art et bosse derrière la caméra, en tant que photographe et vidéaste. Son fils, Antonin Mousseau-Rivard, dont la mère est Katherine Mousseau, est chef cuisinier.

Impressionnante relève

Mais il n’y a pas que sa propre progéniture qui épate Michel Rivard. L’homme se dit époustouflé par tous les jeunes talents qu’il voit émerger, année après année, dans l’industrie artistique d’ici. «La relève, ce n’est même plus un mot, se réjouit-il. Il y a tellement de talent dans toutes les branches de la musique, au Québec, on n’a tellement pas à avoir honte de ce qu’on fait. C’est remarquable. Si on a un problème, actuellement, c’est qu’il y en a trop qui sortent! Je suis content d’avoir commencé il y a 43 ans, parce que je pense que ça me tracasserait. Par contre, sur la qualité, on n’a aucun doute à avoir. Beaucoup de jeunes m’impressionnent énormément, un peu partout.»

Michel Rivard a récolté, au total, sept nominations, dans des catégories artistiques et industrielles, en vue du prochain Gala de l’ADISQ, qui se tiendra le 26 octobre prochain, pour son album et sa tournée Roi de rien.

«J’ai aussi recommencé à écrire, a annoncé l’artiste. Je n’attendrai pas huit ans avant de faire un autre album (sourire). Je vais avoir 63 ans dans quelques jours et, à mon âge, on ne veut pas attendre dix ans! On veut faire le plus de musique possible, tant qu’on a le goût et la possibilité d’en faire.»

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

20 chansons québécoises de l'été 2014 en vidéoclip