NOUVELLES

L'État islamique compte entre 20 000 et 31 500 combattants en Irak et Syrie

11/09/2014 09:44 EDT | Actualisé 11/09/2014 09:45 EDT
JM LOPEZ via Getty Images
An Iraqi Kurdish Peshmerga fighter fires at Islamic-State (IS) militant positions, from his position on the top of Mount Zardak, a strategic point taken 3 days ago, about 25 kilometres east of Mosul on September 9,2014. Kurdish forces in the north have been bolstered by US strikes and took control of Mount Zardak, a strategic site that provides a commanding view of the surrounding area, a senior US officer said. AFP PHOTO/ JM LOPEZ (Photo credit should read JM LOPEZ/AFP/Getty Images)

L'État islamique (ÉI) compte «entre 20 000 et 31 500» combattants dans ses rangs en Syrie et en Irak, selon la nouvelle estimation de l'agence américaine du renseignement (CIA), dont l'évaluation précédente évoquait le chiffre de 10 000 jihadistes membres de l'EI.

«La CIA estime que l'État islamique rassemble entre 20 000 et 31 500 combattants en Irak et en Syrie, en se fondant sur une nouvelle étude de rapports de toutes les sources de renseignement entre mai et août», a déclaré Ryan Trapani, un porte-parole de l'agence, à l'AFP.

Précédemment, «nous comptions au moins 10 000 combattants», a-t-il ajouté.

La CIA attribue cette hausse à «un recrutement plus vigoureux depuis le mois de juin, après des victoires sur le terrain et la proclamation du califat, une activité plus intense dans les combats et de nouvelles sources de renseignement», a encore expliqué M. Trapani.

L'Etat islamique a proclamé un «califat» à la fin du mois de juin avec à sa tête son leader, l'Irakien Abou Bakr al-Baghdadi. Ce «califat» s'étend sur de larges zones d'Irak et de Syrie conquises par ses combattants.

Le président Barack Obama a promis d'«éradiquer» l'État islamique en s'attaquant à eux en Irak, mais aussi en Syrie, où l'EI se bat contre le régime de Bachar al-Assad et d'autres groupes rebelles.

Les États-Unis ont obtenu jeudi le soutien de dix pays arabes à la campagne lancée par le président américain, mais le régime syrien, appuyé par la Russie, a mis en garde Washington contre le lancement de frappes sur son territoire sans son accord.

INOLTRE SU HUFFPOST

L'État islamique en 7 points