NOUVELLES

Les casques bleus fidjiens retenus sur le plateau du Golan sont libérés

11/09/2014 10:17 EDT | Actualisé 11/11/2014 05:12 EST

BEYROUTH - Des rebelles syriens affiliés à Al-Qaïda ont libéré jeudi les 45 casques bleus fidjiens qu'ils détenaient depuis deux semaines, a annoncé l'ONU.

Cet enlèvement était le quatrième dans le plateau du Golan depuis mars 2013, soulevant des questions sur l'avenir de la mission de surveillance de cette région, instaurée il y a 40 ans.

Les casques bleus fidjiens avaient été capturés le mois dernier sur le côté contrôlé par la Syrie du plateau du Golan, par des combattants du Front Al-Nosra, qui affronte l'armée du gouvernement syrien dans cette zone-tampon entre la Syrie et Israël. Une force onusienne de 1200 hommes patrouille cette zone depuis 1974, mais est de plus en plus touchée par les débordements du conflit syrien.

Un porte-parole de l'ONU, Stephane Dujarric, a affirmé qu'«aucune demande n'a été faite et aucune concession n'a été faite» pour assurer la libération.

«Aucune rançon n'a été payée», a-t-il rapporté.

Le Qatar, un des principaux appuis des rebelles tentant de renverser le président syrien Bachar el-Assad, affirme avoir joué un rôle dans le relâchement des prisonniers. L'agence de nouvelles officielle a annoncé que l'émirat avait «réussi à obtenir la libération des soldats fidjiens» en réponse à une demande des Îles Fidji de s'impliquer comme médiateur.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a remercié «tous ceux concernés», sans nommer quiconque.

Les soldats fidjiens avaient été enlevés le 28 août après que des militants eurent pris le contrôle de côté syrien du poste-frontière de Quneitra. Ce jour-là, deux groupes de casques bleus philippins ont aussi été appréhendés par des rebelles réclamant qu'ils se rendent. Les deux groupes ont refusé et réussi à s'échapper, l'un avec l'aide de collègues irlandais, l'autre en profitant de la noirceur.

L'ONU a indiqué que les 45 militaires fidjiens seront soumis à un examen médical, même s'ils semblent tous en bonne santé.

Le Front Al-Nosra avait diffusé une vidéo, quelques heures plus tôt, annonçant la libération imminente des casques bleus.

Les responsables fidjiens avaient précédemment indiqué que le Front Al-Nosra réclamait d'être retiré de la liste terroriste de l'ONU, demandait l'envoi d'une aide humanitaire dans certains coins de la Syrie et exigeait une compensation pour la mort de trois militants qui auraient été tués lors d'affrontements avec l'ONU.

Stephane Dujarric a affirmé que, bien que les Îles Fidji n'aient pas l'intention de se retirer de la mission en Syrie, les 45 soldats libérés allaient probablement rentrer chez eux.

Les récents débordements de la guerre civile ayant touché les casques bleus ont amené quelques pays à se retirer graduellement. Après l'enlèvement des Fidjiens, l'Irlande a annoncé qu'il réviserait sa participation. Les Philippines ne renouvelleront pas leur présence à la fin de leur mandat, déjà prolongé, en octobre.

La mission de l'ONU dans le plateau du Golan comprend des forces de six pays, soit, en plus des Îles Fidji, l'Irlande et les Philippines, l'Inde, le Népal et les Pays-Bas.

PLUS:pc