NOUVELLES

Le Libéria se dit en guerre avec l'Ebola et demande 1000 lits de plus

11/09/2014 12:30 EDT | Actualisé 11/11/2014 05:12 EST

MONROVIA, Libéria - Le Libéria est en guerre avec le virus d'Ebola, ont déclaré des dirigeants jeudi, et la capitale a besoin à elle seule de centaines de nouveaux lits pour placer les personnes infectées en quarantaine.

Le virus a infecté plus de 4200 personnes à travers l'Afrique de l'Ouest, mais c'est au Libéria que le bilan est le plus lourd. Les centres de traitement du pays se remplissent dès qu'ils sont ouverts, et l'Organisation mondiale de la Santé craint des milliers de nouvelles infections au cours des prochaines semaines.

Le ministre libérien de l'Information, Lewis Brown, a déclaré aux journalistes jeudi que Monrovia, la capitale, a besoin de 1000 lits pour accueillir les nouveaux patients.

Cela correspond aux chiffres publiés par l'OMS plus tôt cette semaine. L'agence onusienne de la santé avait expliqué que le comté dans lequel se trouve Monrovia ne compte que 240 lits, avec 260 autres à venir — soit seulement la moitié de ce qui est nécessaire.

La réponse du gouvernement libérien à la crise a été sévèrement critiquée, et certains ont même réclamé la démission du président.

M. Brown a plutôt demandé aux Libériens de s'unir, faute de quoi, a-t-il dit, «ce virus va tous nous consommer».

«Nous somme en guerre avec un ennemi invisible, a dit aux journalistes le ministre des Finances Amara Konneh. Et nous devons remporter cette guerre.»

Il a toutefois prévenu que la victoire du Libéria dépendra de la générosité de la communauté internationale. L'ONU a dit avoir besoin de 600 millions $ US pour combattre l'Ebola en Afrique de l'Ouest, et plusieurs pays ont promis d'aider. Les États-Unis ont déjà dépensé 100 millions $ US, et le Royaume-Uni a donné 40 millions $ US.

Le ministre cubain de la Santé rencontrait jeudi des représentants de l'OMS pour discuter d'une aide éventuelle, puisque Cuba jouit d'un solide système médical et que l'île communiste envoie des médecins vers des pays en développement depuis des années.

PLUS:pc