NOUVELLES

Jean-Marc Robitaille est toujours membre du CA de l'UMQ mais n'y siégera plus

11/09/2014 12:36 EDT | Actualisé 11/11/2014 05:12 EST

MONTRÉAL - Le maire de Terrebonne, Jean-Marc Robitaille, qui a admis mercredi avoir menti publiquement au sujet de deux séjours gratuits sur le bateau de Tony Accurso, demeurera membre du conseil d'administration de l'Union des municipalités du Québec (UMQ), bien qu'il ne siégera plus à ses instances.

C'est ce qu'a reconnu en entrevue avec La Presse Canadienne la présidente de l'UMQ, Suzanne Roy, jeudi.

Le communiqué diffusé plus tôt dans la journée laissait entendre que M. Robitaille n'était plus membre du conseil d'administration. Mme Roy a cependant précisé qu'il ne s'agissait pas d'une démission mais que M. Robitaille ne participerait pas aux différentes instances de l'Union sur lesquelles il siégeait personnellement «jusqu'à ce que la situation soit éclaircie».

«M. Robitaille nous dit qu'il va y avoir des éclaircissements qui vont être donnés dans les prochains jours, les prochaines semaines. On va voir. Il n'y a pas d'urgence nationale», a ajouté Mme Roy.

La présidente a précisé que c'est bien elle qui a communiqué avec M. Robitaille — et non l'inverse — après avoir «pris acte» de ses déclarations de la veille. Mme Roy affirme que, durant cette conversation, les deux parties ont «convenu ensemble» que M. Robitaille devait se retirer des instances de l'Union.

Jean-Marc Robitaille est le représentant de la Couronne Nord au sein du conseil, mais son absence n'inquiète pas Suzanne Roy outre mesure puisque d'autres maires de la Couronne Nord siègent au conseil.

M. Robitaille pourrait donc demeurer membre du conseil d'administration — une fonction qui n'implique aucune rémunération ou compte de dépenses — jusqu'en mai 2015, moment où son poste sera en jeu lors des élections aux instances de l'UMQ.

Par ailleurs, le président de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), Denis Coderre, a indiqué jeudi que M. Robitaille l'avait informé qu'il s'abstiendra de participer aux rencontres des instances de la CMM jusqu'à nouvel ordre.

Jean-Marc Robitaille a reconnu, à la suite de témoignages entendus à la Commission Charbonneau à ce sujet, qu'il s'était rendu deux fois sur le bateau de Tony Accurso, précisant que c'était à l'invitation de Normand Trudel.

Le maire a expliqué qu'il croyait à l'époque que ces invitations étaient sans conséquence sur la conduite des affaires de la Ville de Terrebonne, tout en assurant que M. Accurso n'avait pas bénéficié d’avantages directs ou indirects de quelque nature que ce soit à la suite de ces deux séjours.

Jean-Marc Robitaille, qui avait publiquement nié ces informations en novembre dernier, soutient avoir menti parce qu'il était gêné et déstabilisé et qu'il se sentait dépassé par les événements lorsque la question lui avait été posée.

Il affirme cependant qu'il n'a aucunement l’intention de démissionner de ses fonctions de maire qu'il occupe depuis 17 ans.

PLUS:pc