POLITIQUE

Finies, les garderies à prix unique: Québec songe à facturer selon le revenu des parents

11/09/2014 06:38 EDT | Actualisé 11/09/2014 09:27 EDT
Floresco Productions via Getty Images

Le gouvernement du Québec pourrait mettre fin sous peu au tarif unique dans les garderies subventionnées pour le remplacer par un système de tarification modulé en fonction du revenu des parents.

Selon le quotidien La Presse, qui cite des sources au sein du parti libéral, cette réforme de la tarification des garderies à 7 $ serait annoncée le 2 décembre prochain lors de la mise à jour économique du gouvernement de Philippe Couillard.

On ignore pour l'instant dans quelle mesure les parents plus fortunés devront payer davantage pour avoir accès à une garderie subventionnée.

Plusieurs scénarios envisagés

Sans nier la nouvelle, la ministre de la Famille, Francine Charbonneau, a refusé de la confirmer mercredi, à l'entrée de la réunion des ministres.

Des sources au sein du parti affirment que Québec explore actuellement plusieurs scénarios pour augmenter et assurer le financement du système de garderies subventionnées qui coûte annuellement 2,3 milliards de dollars aux Québécois. C'est un milliard de dollars de plus que ce que coûtait ce service il y a dix ans.

Selon nos sources, bien que cette hypothèse soit sérieusement envisagée par le gouvernement, la tarification modulée n'aurait pas encore été adoptée et ses paramètres n'ont pas été déterminés. Bref, il reste encore du travail à faire dans les bureaux du gouvernement avant de présenter cette réforme.

La fin de l'universalité dans les garderies selon l'Association des centres de la petite enfance

L'annonce de cette éventuelle réforme des tarifs de garderie fait sursauter le directeur général de l'Association des centres de la petite enfance du Québec. Dans une entrevue accordée à ICI RDI, Louis Sénécal critique la façon dont le gouvernement libéral perçoit les sommes que les Québécois ont choisi d'investir dans un système universel de garderies où tous paient également leur part.

« La fin de l'universalité dans les services de garde ce n'est pas rien. Il faut comprendre que dans la démagogie libérale on laisse entendre que c'est une dépense que de financer les services de garde au Québec alors que les économistes s'entendent pour dire que c'est un investissement qui rapporte 1,50$ pour chaque tranche de 1$ qui est investie. »

— Louis Sénécal, directeur général de l'Association des centres de la petite enfance

Les parents partagés

Questionnés ce matin à l'entrée des CPE, les parents étaient partagés face à une telle éventualité.

Si certains estiment que les parents plus fortunés contribuent déjà davantage que les autres au système en payant des impôts plus élevés, d'autres en revanche, estiment qu'à partir d'un certain niveau de richesse, les parents plus fortunés ne devraient même pas avoir accès au tarif de 7 $ par jour.

INOLTRE SU HUFFPOST

11 controverses du gouvernement Couillard