NOUVELLES

Galvanisés par l'Écosse, des centaines de milliers de Catalans manifestent

11/09/2014 04:40 EDT | Actualisé 11/11/2014 05:12 EST

BARCELONE, Espagne - Des centaines de milliers de Catalans, galvanisés par le référendum à venir sur l'indépendance de l'Écosse, ont manifesté jeudi pour réclamer un vote sur l'avenir de la région du nord-est de l'Espagne.

Arborant des chandails éclatants rouge et or représentant les couleurs du drapeau catalan et affichant le slogan «Le temps est venu», les manifestants ont crié «Indépendance!» et ont rempli deux avenues. Ils semblaient ainsi former un «V» vu des airs pour signaler leur désir d'un référendum sur l'indépendance de la Catalogne que le gouvernement central à Madrid estimerait illégal.

Les évaluations du nombre de participants divergeaient au terme de la démonstration, jeudi soir. La police de Barcelone a affirmé que 1,8 million de personnes y avaient pris part, mais le bureau régional du ministère espagnol de l'Intérieur en Catalogne établissait ce nombre à pas plus de 525 000.

Le leader régional de la Catalogne Artur Mas a affirmé que son gouvernement n'abandonnerait pas ses plans de tenir un référendum le 9 novembre dans la région de 7,6 millions d'habitants, bien que des experts soutiennent que toute tentative serait bloquée par la Cour constitutionnelle espagnole. Le président catalan a dit maintes fois qu'il ne tiendrait pas une consultation illégale.

M. Mas a fait valoir qu'il s'agissait d'un «message très puissant» envoyé à l'Europe et au monde, affirmant que le moment était venu de «s'asseoir et de négocier les termes pour que les Catalans puissent s'exprimer par la voie des urnes».

Le référendum proposé par M. Mas — non contraignant — demanderait aux Catalans s'ils sont en faveur de la sécession. Si la réponse est positive, dit le leader régional, cela lui accorderait le mandat politique pour négocier une voie vers l'indépendance.

Parmi les manifestants se trouvaient jeudi l'économiste et directeur d'hôpital à la retraite Lluis Enric Florenca. «Si le 'Oui' l'emporte en Écosse, et cela s'annonce serré, et que l'Europe l'accepte, elle accueillera aussi la Catalogne, qui est plus grande et plus forte par rapport à l'Espagne que l'Écosse l'est par rapport à l'Angleterre», a exprimé M. Florenca, âgé de 65 ans.

PLUS:pc