BIEN-ÊTRE

Virus : attention aux lieux publics

10/09/2014 05:20 EDT | Actualisé 10/09/2014 05:20 EDT
artpartner-images via Getty Images

Une personne malade peut contaminer en moins de quatre heures près de la moitié d'un immeuble à bureaux ou d'un hôtel, selon une étude.

Présentée lors d'une réunion de l'American Society for Microbiology, cette étude, pour laquelle on a utilisé un traceur de virus, explique que la contamination d'une seule poignée de porte ou d'un seul dessus de table peut causer la propagation d'un virus en une matinée ou un après-midi.

Ainsi, le virus utilisé dans le cadre de la recherche a été détecté sur 40 à 60 % des personnes présentes et des objets touchés fréquemment dans les bâtiments visés par l'étude, et ce, de deux à quatre heures après que le virus y ait été déposé.

Cependant, selon le chercheur qui a présenté l'étude, Charles Gerba, de l'Université de l'Arizona, le fait de se laver les mains régulièrement et d'utiliser des lingettes désinfectantes contenant des composés d'ammonium quaternaires, connus pour pouvoir combattre des virus comme ceux de la grippe ou les norovirus, réduisait la propagation du virus de 89 à 99 %.

« Les résultats de l'étude nous permettent de conclure qu'on peut rapidement contaminer par des virus des surfaces communes touchées régulièrement, mais qu'une intervention très simple peut vraiment aider à réduire l'exposition au virus », a précisé M. Gerba.

Méthodologie de la recherche

Lors de l'étude, M. Gerba et ses collègues ont utilisé le bactériophage MS-2 plutôt que le norovirus humain, en raison de sa forme, de sa taille et de sa résistance aux désinfectants, qui sont similaires. Le virus était placé dans des immeubles à bureaux, des salles de conférence et des centres de santé au début de la journée, sur une ou deux surfaces touchées régulièrement.

Après un certain temps, qui variait entre deux à huit heures, les chercheurs prenaient ensuite des échantillons de différentes surfaces, comme des interrupteurs électriques, des surfaces de table ou de comptoir, des poignées de cafetières, des robinets, des téléphones, des poignées de porte et de l'équipement informatique, pour ensuite identifier leur provenance avec le traceur de virus.

Les chercheurs ont ensuite recommencé le même processus, mais après avoir fourni au personnel d'entretien et aux employés des lingettes désinfectantes et les avoir informés de la bonne façon de s'en servir.

INOLTRE SU HUFFPOST

10 choses à savoir à propos du norovirus