NOUVELLES

L'Impact échappe l'avance en 2e demie et fait match nul 2-2 contre le Galaxy

10/09/2014 09:37 EDT | Actualisé 10/11/2014 05:12 EST

MONTRÉAL - Il aura fallu presque une heure avant de voir la meilleure offensive de la MLS faire des flammèches et le Galaxy de Los Angeles a finalement été en mesure d'arracher un verdict nul de 2-2 à l'Impact de Montréal, mercredi.

Privé de Matteo Ferrari, qui a quitté à la mi-temps en raison d'un problème à une cuisse, et de Hassoun Camara, qui venait tout juste de se blesser au coude gauche, l'Impact a finalement cédé à la 59e, puis à la 64e minute, échappant ainsi une avance de 2-0, et la victoire en deuxième demie pour une troisième fois en quatre sorties.

«Cela affecte aussi la stratégie pour les changements, a expliqué le gardien de l'Impact Evan Bush en revenant sur les blessures de ses coéquipiers. Si vous voulez pousser pour un but en fin de partie, vous ne pouvez plus faire de substitutions.

«Vous vous entraînez toute la semaine avec ces gars-là, la chimie va être affectée. Ce n'est pas que les remplaçants ont mal fait, mais nous affrontions une très bonne équipe, nous savions qu'ils allaient avoir des occasions. Ils avaient inscrit six buts lors de leur match précédent. En même temps, c'est positif d'être allé chercher un point contre une très bonne équipe.»

Marco Di Vaio et Ignacio Piatti ont placé l'Impact (5-16-7) en avant 2-0 lors des 45 premières minutes, profitant de belles contre-attaques pour déjouer le gardien Brian Rowe.

Di Vaio a d'abord complété à la 28e minute une séquence amorcée par Felipe en milieu de terrain. Di Vaio a marqué son sixième but de la saison en MLS en profitant d'un centre de Dilly Duka.

Puis, à la 43e minute, un revirement provoqué par Duka a permis à Felipe d'orchestrer une montée à trois contre le gardien. Piatti a complété le jeu en inscrivant son quatrième but en cinq matchs dans la MLS.

Toutefois, la formation montréalaise n'a pu neutraliser le Galaxy (14-5-8) en deuxième demie, une équipe qui était arrivée en ville sur une séquence de cinq victoires au cours de laquelle elle avait inscrit 19 buts.

Gyasi Zardes a d'abord stoppé la séquence sans donner du but de l'Impact au stade Saputo à 274 minutes, quand un ballon envoyé à travers la surface par Juninho a abouti sur son pied au deuxième poteau. Alan Gordon a ensuite créé l'égalité, profitant d'un jeu parfait orchestré par Landon Donovan et Robbie Keane.

Le Galaxy a changé sa stratégie en deuxième demie, transformant son 3-5-2 initial en 4-4-2, et la stratégie a porté fruit.

«Nous avons profité de plus d'espace en première demie, a expliqué l'entraîneur-chef de l'Impact, Frank Klopas. Notre jeu de transition fonctionnait bien. De leur côté, ils ont semblé plus confortables après le changement de stratégie. Les blessures nous ont fait mal, mais nous n'avons pas été aussi bons avec le ballon.»

La troupe à Klopas a tout de même évité la défaite dans un quatrième match d'affilée au stade Saputo (3-0-1).

L'Impact disputera son prochain match samedi, quand il sera de passage en Nouvelle-Angleterre pour y affronter le Revolution. Il s'agira alors du troisième d'une séquence de cinq matchs en 15 jours pour la formation montréalaise. L'Impact sera de retour au stade Saputo mercredi prochain, quand il accueillera les Red Bulls de New York dans le cadre de la Ligue des Champions de la CONCACAF.

Soirée émouvante pour Ouimette

Avant la rencontre, l'Impact a tenu un moment de silence en appui au défenseur Karl W. Ouimette, dont la soeur Julie est décédée la semaine dernière après une bataille de 12 ans contre la leucémie. Les spectateurs ont aussi offert une ovation en applaudissant pendant l'ensemble de la 34e minute, le numéro de Ouimette.

«Ç'a été un bel hommage à ma soeur, a déclaré Ouimette, qui a rejoint l'Impact mercredi matin après un court séjour avec l'équipe nationale canadienne. C'est certain que ça m'a fait revivre des moments difficiles, mais d'avoir l'appui de tout le monde, de mes coéquipiers, des partisans, c'est agréable à voir.»

Di Vaio a même célébré son but en filant vers le banc afin de serrer Ouimette dans ses bras.

«Ça ne m'a pas surpris tant que ça, a dit Ouimette. Marco est un bon gars. C'est un beau geste qui m'a beaucoup touché. De voir un des meilleurs joueurs de l'équipe, un joueur désigné, faire ça, ça prouve que nous sommes tous égaux.»

Ouimette a fait son entrée dans le match en relève à Camara, immédiatement après le premier but du Galaxy.

PLUS:pc