NOUVELLES

Internet à deux vitesses: Microsoft, Google, Facebook et Twitter prennent part à une journée de protestation

10/09/2014 12:40 EDT | Actualisé 10/09/2014 12:40 EDT
www.battleforthenet.com

Des dizaines d'importants sites web prennent part, mercredi, à une journée de protestation pour s'opposer à l'éventuelle implantation d'un Internet à deux vitesses.

La Federal Communications Commission (FCC, régulateur américain des télécommunications, équivalent du CRTC) tient ce mois-ci des consultations au sujet de nouvelles règles, qui permettraient aux fournisseurs de services Internet comme Comcast, Time Warner et Verizon de facturer leurs services plus cher aux sites web qui utilisent une grande bande passante, pour leur donner accès à un réseau plus rapide.

Cette proposition est dénoncée par des entreprises comme Microsoft, Google, Facebook et Twitter, de même que par des groupes de protection des consommateurs. Elle va, disent-ils, à l'encontre du principe de la neutralité d'Internet, selon lequel tout le monde doit avoir accès au même réseau, et qui force les opérateurs à traiter les utilisateurs sur un même pied.

Certains sites, comme Netflix, craignent que si la proposition est adoptée, ils doivent refiler la facture à leurs clients.

Les opposants avancent également qu'une telle mesure serait un frein à l'innovation, car plusieurs petits sites en démarrage n'auraient pas les moyens de payer pour s'offrir la « voie rapide ».

En guise de protestation, plusieurs sites arboreront aujourd'hui le symbole d'une page web en train de charger, pour illustrer, disent-ils, la lenteur que pourrait entraîner un Internet à deux vitesses. Les services des sites ne seront toutefois pas ralentis.

Les organisateurs de la campagne Battle for the Net (bataille pour Internet) veulent inciter les citoyens à faire pression sur les élus afin d'empêcher l'adoption de la proposition.

Répercussions au Canada

Au Canada, en 2009, le CRTC a permis aux fournisseurs de ralentir les connexions de leurs clients afin de gérer le trafic sur leurs réseaux. Ils doivent toutefois faire preuve de transparence et aviser leurs clients de ce type de pratique.

L'éventuelle adoption de nouvelles règles par la FCC fait toutefois craindre des impacts pour les internautes canadiens, qui pourraient notamment voir augmenter les prix de différents services en ligne. C'est ce que croit le groupe de protection des internautes Open Media, qui a lancé une campagne de sensibilisation.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les vitesses de téléchargement par pays