NOUVELLES

Les températures automnales devraient suivre celles de l'été, disent des experts

09/09/2014 12:05 EDT | Actualisé 09/11/2014 05:12 EST

TORONTO - L'un des plus importants prévisionnistes météo du pays estime que les météorologues n'ont besoin que de se fier à l'été pour savoir ce que la nature réserve pour l'automne.

Les prévisions automnales de MétéoMédia soutiennent que les tendances estivales en matière de température et de précipitations devraient se poursuivre pendant les prochains mois, et ce, sur la majeure partie du territoire. Au dire du météorologue en chef Chris Scott, l'été sec et doux de la Colombie-Britannique risque donc de faire place à un automne plus chaud qu'à l'habitude, avec des précipitations sous la moyenne.

De leur côté, les habitants des Prairies et de l'Ontario qui espèrent un peu de répit après un été inhabituellement frais et humide ne seront pas au bout de leurs peines, poursuit-il. En fait, seules les Maritimes risquent de constater des changements par rapport à la météo estivale.

Le réseau météo croit que le retour de l'air frais fera baisser les températures, en plus de ramener les quantités de précipitations aux normes saisonnières.

L'été fut étrange pour la majorité du pays, indique M. Scott, avant d'ajouter que les tendances météo habituelles ont parfois été inversées. Ainsi la région typiquement froide de Goose Bay, au Labrador, a enregistré autant de journées à plus de 30 degrés Celsius que Windsor, dans le sud de l'Ontario. En Colombie-Britannique, des gens habitués à des journées plus fraîches ont plutôt pu profiter de l'été sous des cieux plus cléments.

Selon M. Scott, l'automne devrait entraîner des températures similaires dans la plupart des cas, et les trois prochains mois devraient aussi comporter des variations importantes de température qui sont devenues synonymes de la période estivale. Toujours selon le météorologue, les modèles de prévisions portent à croire que des tempêtes inhabituelles verront le jour autour des Grands Lacs ainsi que dans l'est des Prairies. Ces régions peuvent donc s'attendre à des précipitations plus importantes que d'habitude et M. Scott précise que les provinces atlantiques pourraient elles aussi recevoir de grandes quantités de pluie si la saison des ouragans devient plus active qu'elle ne l'a été jusqu'à maintenant.

En ce qui concerne le Québec, le météorologue Ben Ossonon parle d'une fluctuation des températures à prévoir cet automne. «Si l'on regarde les températures que l'on a connues durant les mois d'été, il a fait plus frais dans le centre du pays, et ces températures plus froides vont s'amener sur la portion nord-ouest du Québec. Tous ces secteurs verront ainsi des températures sous les normales, tandis que dans la vallée du Saint-Laurent, on se situera tout près des valeurs saisonnières», a-t-il dit.

Du côté des précipitations, c'est encore une fois le Nord-Ouest du Québec qui écopera d'une météo divergente des moyennes, et ce, en raison «des systèmes plus actifs qui vont venir du sud-ouest des États-Unis, le tout combiné à des trajectoires provenant davantage des Prairies canadiennes. Dans la vallée du Saint-Laurent et sur la Rive-Sud, on se situerait tout près des normales de saison», poursuit M. Ossonon.

À Montréal, les températures normales oscillent habituellement autour de 15 degrés en septembre, de huit degrés en octobre et de deux degrés en novembre, soit 8,7 degrés Celsius pour la moyenne automnale.

Si MétéoMédia attend généralement à la fin novembre pour publier un aperçu détaillé pour l'hiver, M. Ossonon précise qu'«en raison de ce à quoi nous nous attendons pour les mois d'automne, nous prévoyons un hiver qui pourrait s'installer un peu plus tôt, avec des températures généralement sous les normales saisonnières pour l'hiver».

PLUS:pc