NOUVELLES

Les mises en chantier ont reculé en août par rapport à juillet, selon la SCHL

09/09/2014 12:46 EDT | Actualisé 09/11/2014 05:12 EST

OTTAWA - Le taux annuel de mises en chantier d'habitations est passé à 192 368 unités en août, soit une baisse par rapport à celui de juillet de 199 813 unités, a indiqué mardi la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).

C'est inférieur aux prévisions des analystes, qui misaient sur un taux de 195 000 unités pour le mois d'août.

«Même si la Banque du Canada recherche une rotation pour s'éloigner du secteur de l'habitation et du consommateur, la faiblesse des taux continue d'appuyer l'investissement résidentiel», a observé l'économiste Nick Exarhos, de la Banque CIBC, dans un rapport.

«Mais malgré la récente résilience, nous nous attendons toujours à ce que la contribution à la croissance du secteur de l'habitation s'atténue lentement alors que nous progressons dans ce cycle d'affaires. Les inquiétudes au sujet de l'accessibilité et la faiblesse du marché du travail devraient exercer une pression sur le secteur de la construction à l'avenir», a-t-il ajouté.

Le taux de mises en chantier dans les centres urbains, en données désaisonnalisées et annualisées, a reculé à 175 668 unités en août, par rapport à 182 524 en juillet, a précisé l'agence fédérale.

Le nombre de mises en chantier de logements collectifs dans les centres urbains est descendu de 115 495 en juillet à 110 842 au mois d'août. Dans le cas des maisons individuelles, il est passé de 67 029 à 64 826 unités.

«Le nombre élevé actuel de copropriétés achevées récemment et non écoulées et d’unités en construction corrobore l’opinion de la SCHL selon laquelle les mises en chantier de copropriétés suivront probablement une tendance à la baisse au cours des prochains mois, en raison des efforts des promoteurs et des constructeurs pour limiter les risques de construction excessive», a déclaré dans un communiqué l'économiste en chef de la SCHL, Bob Dugan.

«Cependant, l’activité mensuelle pourrait encore être sujette à une certaine variabilité, car il se pourrait que, pour certains projets d’ensembles de copropriétés, il y ait suffisamment de préventes pour procéder à la mise en chantier.»

Par rapport au mois de juillet, le nombre de mises en chantier en milieu urbain en août a diminué dans l'Atlantique et en Ontario, a grimpé en Colombie-Britannique et dans les Prairies, et est resté essentiellement inchangé au Québec.

Le léger recul de la tendance générale des mises en chantier fait suite à la publication d'un rapport de Statistique Canada, lundi, signalant que les municipalités ont émis pour 9,2 milliards $ de permis de construction en juillet. Cette croissance était soutenue surtout par les projets d'appartements et d'appartements en copropriété en Ontario et en Colombie-Britannique.

La valeur des permis de bâtir était en hausse de 11,8 pour cent par rapport au mois de juin. Il s'agissait en outre de son quatrième gain mensuel consécutif.

Le marché de l'habitation est suivi de près par la Banque du Canada. Dans sa plus récente annonce sur les taux d'intérêt, la banque centrale a noté que ce marché avait été plus vigoureux qu'elle ne l'avait prévu.

PLUS:pc