NOUVELLES

Couillard croit que des ententes administratives satisferaient les Québécois

09/09/2014 05:26 EDT | Actualisé 09/11/2014 05:12 EST

QUÉBEC - Le premier ministre Philippe Couillard croit que des ententes administratives avec Ottawa satisferaient les Québécois pour les célébrations du 150e anniversaire du Canada.

M. Couillard n'a pas précisé dans quel domaine il souhaite ainsi conclure une entente avec le gouvernement fédéral d'ici 2017.

En 2008, l'ancien premier ministre Jean Charest avait annoncé son intention de réclamer une entente administrative pour rapatrier à Québec les pouvoirs fédéraux en matière de culture et communication. M. Charest avait alors expliqué que cette démarche, qui n'a jamais abouti, pouvait s'accomplir sans négociation constitutionnelle.

Lors d'un point de presse, mardi, avant une rencontre avec des chefs autochtones, M. Couillard n'a évoqué aucun projet pour que le Québec ratifie la Constitution de 1982.

Le premier ministre a toutefois répété que l'apport des Québécois à la construction du Canada doit être «répété et réaffirmé».

Appelé à préciser quel geste permettrait de réaffirmer cette contribution, M. Couillard a notamment parlé d'ententes administratives.

«Ça peut se faire de toutes sortes de façons, a-t-il dit. Ça peut se faire par des ententes administratives, ça peut se faire par des déclarations, ça peut se faire par des projets communs. Il y a bien des façons de faire.»

Samedi, lors d'un événement à Québec auquel participait également le premier ministre Stephen Harper, M. Couillard a déclaré qu'à l'aube du 150e anniversaire du Canada, «les Québécois souhaitent que le pacte qui lui a donné naissance soit réaffirmé».

Dimanche, M. Couillard a expliqué que ces propos ne devaient pas être perçus comme une demande pour que le Québec réintègre le giron constitutionnel d'ici trois ans.

Aux journalistes, mardi, M. Couillard a expliqué que pour le 150e anniversaire du Canada, les Québécois «souhaitent avant tout qu'il y ait une bonne qualité de vie, que l'économie continue à se développer».

Le premier ministre a également fait référence à son discours de samedi.

«J'ai rappelé, comme je l'ai fait toujours, ce n'est pas une surprise, que les Québécois ont participé à la construction du Canada, que ça doit être répété et que ça doit être réaffirmé, a-t-il dit. Et ça le sera.»

Par ailleurs, M. Couillard a déçu des chefs autochtones de la Nation Atikamekw en affirmant que les avis juridiques divergent sur la portée d'une décision de la Cour suprême qui a reconnu les droits ancestraux d'une nation autochtone de la Colombie-Britannique.

Avant de rencontrer les représentants de l'Association des Premières Nations du Québec et du Labrador, dont les Atikamekw font partie, M. Couillard a affirmé que le gouvernement met déjà en pratique une approche de conciliation.

«Quant au jugement de la Cour suprême, ça demande une analyse plus poussée, vous avez vu que les avis divergent sur sa signification réelle, a-t-il dit aux journalistes. Mais de toute façon, nous, on est déjà sur une logique de consultation et d'accommodement.»

Aux quatre chefs atikamekw qui ont déclaré la souveraineté de leur territoire, M. Couillard a affirmé que cela traduit leur intérêt à obtenir la cogestion des projets sur leur territoire, sans toutefois les soustraire aux lois québécoises.

M. Couillard a invité les Atikamekw à retourner négocier une entente prévoyant 35 millions $ d'investissements du gouvernement, qu'il a qualifiée d'«excellente».

«On veut retourner à la table et finaliser cette entente», a-t-il dit, en faisant valoir qu'un partage des profits pourrait être discuté.

Le grand chef Constant Awashish a exprimé sa déception, à la suite des propos de M. Couillard qui minimise la portée du jugement.

«M. Couillard semblait dire que ça ne s'applique pas au Québec, a-t-il dit. Aux dernières nouvelles, la Constitution s'applique au Québec également.»

M. Awashish a répété que les Atikamekw sont prêts à opter pour la voie judiciaire ou recourir à des moyens de pression.

«On aimerait que le gouvernement nous prenne au sérieux et nous fasse des offres satisfaisantes pour notre nation, mais en deuxième recours, on peut aller en justice, ou on peut faire des blocus, c'est à eux de décider», a-t-il dit.

PLUS:pc