NOUVELLES

Un deuxième citoyen frappé par un train de l'AMT en moins d'un an à Saint-Jérôme

08/09/2014 07:48 EDT | Actualisé 08/11/2014 05:12 EST

SAINT-JÉRÔME, Qc - Pour la deuxième fois en moins d'un an à Saint-Jérôme, un train de banlieue de l'Agence métropolitaine de transport a frappé mortellement un citoyen, lundi soir.

La collision dans cette municipalité des Laurentides s'est déroulée à un passage à niveau à l'intersection de la route 158, à une centaine de mètres de la 20e avenue.

La victime, un cycliste de 46 ans, aurait contourné les barrières de sécurité pour se retrouver au milieu de la voie ferrée et être heurté de plein fouet. Selon la police, il est décédé sur le coup.

Le porte-parole de la police de Saint-Jérôme, Robin Pouliot, a indiqué que toutes les hypothèses sont étudiées pour expliquer le drame.

Le conducteur du train, ainsi que plusieurs témoins, ont été rencontrés par les autorités policières pour en savoir plus sur les circonstances de l'incident mortel.

En soirée, les enquêteurs étaient à cueillir différents indices qui pourraient permettre de mieux comprendre le fil des événements. Le train impliqué dans l'accident n'a pas été déplacé, afin d'être étudié par les policiers, ce qui a forcé l'annulation du service sur la ligne de train se rendant à Saint-Jérôme à partir de Blainville. Une navette a été mise en place pour permettre aux citoyens de se rendre à destination.

La circulation sur la route 158 et la 9e rue, à Saint-Jérôme, était aussi passablement difficile en soirée.

Il y a moins d'un an, en octobre 2013, un piéton avait été frappé à un passage à niveau par un train. La victime n'aurait pas entendue le train et se serait fait happer, affirmait alors la police.

«C'était une scène assez semblable et pas très loin de l'accident de lundi. La différence est qu'il y a un an, c'était un piéton et maintenant c'est un cycliste. C'était le même train», a fait savoir M. Pouliot.

Lundi soir, l'AMT n'était pas en mesure de dire si des changements avaient été apportés en matière de sécurité après ce premier accident mortel. Faut-il accroître le nombre de dispositifs de sécurité à proximité des voies ferrées?

«On ne sait pas exactement ce qui est arrivé, donc on va d'abord devoir attendre les résultats de l'enquête policière. On ne peut pas tirer des conclusions hâtives», s'est contenté de dire la porte-parole de l'AMT, Sophie Laroche, lundi soir.

PLUS:pc