NOUVELLES

NB:les libéraux dévoilent leur programme électoral à la veille du premier débat

08/09/2014 05:06 EDT | Actualisé 08/11/2014 05:12 EST

MONCTON, - Les libéraux du Nouveau-Brunswick ont présenté leur programme dans lequel ils s'engagent à procéder à des augmentations de dépenses et à revoir à la hausse l'imposition des plus fortunés.

Ils ont indiqué que s'ils formaient le prochain gouvernement provincial, ils offriraient des subventions aux aînés pour qu'ils aient les moyens de rénover leur demeure, ils feraient en sorte que les examens de la vue soient offerts gratuitement aux enfants de quatre ans et ils iraient chercher davantage d'argent dans les poches des contribuables les plus à l'aise financièrement.

Leur chef Brian Gallant a également promis de présenter un budget équilibré dans six ans et de créer 10 000 emplois d'ici les quatre prochaines années.

Il a indiqué qu'une somme de 900 millions $ sera également investie pour améliorer les infrastructures provinciales.

Le vice-premier ministre sortant, Paul Robichaud, n'a pas tardé à dire que les électeurs devraient être préoccupés par les propositions des rouges.

Il a lancé que c'était la première fois de toute sa carrière politique qu'il entendait un chef de parti s'engager à accroître la dette publique.

Désormais, toutes les formations politiques ont présenté leur programme en prévision des élections générales du 22 septembre.

Le dévoilement du plan de match des libéraux a eu lieu à peine une journée avant la tenue du premier débat des chefs devant avoir lieu mardi.

Le chef néo-démocrate, Dominic Cardy, a souligné que cette joute oratoire permettrait aux gens de se familiariser avec des visions extrêmement différentes de la chose publique.

M. Cardy a émis ce commentaire alors qu'il se trouvait à Moncton pour parfaire sa préparation en prévision des débats en français et en anglais.

Il a également dit qu'il avait hâte de présenter ses propositions au grand public et qu'il était impatient à l'idée de pouvoir questionner ses adversaires.

Par ailleurs, les verts ont annoncé que s'ils prenaient le pouvoir, ils déposeraient un projet de loi visant à annuler tous les contrats conclus entre les compagnies forestières et le gouvernement sortant.

Leur chef David Coon a précisé que son parti souhaitait que les autochtones et les petits entrepreneurs puissent avoir leur mot à dire lorsqu'il est question de la gestion des forêts publiques.

Les verts avaient dénoncé avec beaucoup de vigueur l'accord de 25 ans que les progressistes-conservateurs avaient signé avec le conglomérat J.D. Irving et qui prévoit, entre autres, qu'un nombre accru d'arbres pourront être coupés sur les terres de la Couronne.

PLUS:pc