NOUVELLES

Marin Cilic a raison de Kei Nishikori et remporte Flushing Meadows (PHOTOS)

08/09/2014 07:03 EDT | Actualisé 08/11/2014 05:12 EST
ASSOCIATED PRESS
Marin Cilic, of Croatia, holds up the championship trophy after defeating Kei Nishikori, of Japan, in the championship match of the 2014 U.S. Open tennis tournament, Monday, Sept. 8, 2014, in New York. (AP Photo/Mike Groll)

NEW YORK, États-Unis - L'an dernier, Marin Cilic a raté les Internationaux de tennis en raison d'une suspension pour dopage. Cette année, il en est le champion.

Le Croate a remporté un premier titre du Grand Chelem en battant le Japonais Kei Nishikori 6-3, 6-3, 6-3 à l'aide de 17 as et des mêmes coups puissants en fond de court qui lui ont permis d'éliminer Roger Federer en demi-finales.

«C'est le résultat de tout le travail abattu au cours des dernières années, surtout pendant la dernière», a dit Cilic avant d'embrasser son trophée et de récolter un chèque de 3 millions $ US.

Cette victoire de la 14e tête de série a empêché Nishikori, classé 10e, de devenir le premier Asiatique à remporter un tournoi du Grand Chelem.

«Désolé de ne pas avoir gagné le trophée aujourd'hui, a déclaré Nishikori. La prochaine fois, c'est certain.»

C'était la première fois depuis 1997 que la finale à Flushing Meadows opposait deux joueurs n'ayant jamais atteint la finale d'un tournoi majeur et le match ne passera pas à l'histoire. Il a été à sens unique et a duré moins de deux heures.

«Nous étions très nerveux, surtout au premier set, a admis Cilic. Quand on a trouvé notre rythme, c'était un petit peu mieux.»

Cilic a remporté 19 des 20 premiers échanges sur son service au premier set, aidé par trois as à 216 km/h. Le plus gros obstacle pour Nishikori aura été l'absence de longs échanges. Même quand il y en a eu, il les a perdus plus souvent qu'autrement.

Il n'a pas démontré son meilleur tennis en début de match. Peut-être était-ce dû aux forts vents, à la fatigue accumulée d'avoir eu à jouer deux matchs de plus de quatre heures pour éliminer le no 3 Stanislas Wawrinka et le no 5, Milos Raonic, ou tout simplement à la nervosité, sachant ce qu'il y avait à l'enjeu pour lui, son pays et son continent.

Quatre erreurs de Nishikori ont permis à Cilic d'inscrire le premier bris et de faire 4-2. Ça a été suffisant pour qu'il enlève le premier set.

Cilic a de nouveau brisé le service du japonais pour faire 2-1 en deuxième manche. Nishikori avait bien sauvé trois balles de bris — dont la dernière sur un amorti lui permettant de remporter un échange de 19 coups, soulevant son agent dans sa loge — mais la quatrième aura été de trop.

Au dernier set, Nishikori a inscrit son seul bris du match, mais ça n'a pas été suffisant. En avant 4-2 et faisant face à une dernière épreuve, Cilic a sauvé trois balles de bris — une avec un as et deux quand Nishikori a envoyé ses deuxièmes balles de service au filet — en route vers la victoire.

La fin d'une époque?

Nishikori avait surpris le favori Novak Djokovic en demi-finales. Il s'agissait d'ailleurs de la première finale du Grand Chelem depuis les Internationaux d'Australie de 2005 sans Djokovic, Federer ou Rafael Nadal, vainqueur en 2013, mais tenu à l'écart en raison d'une blessure au poignet cette année. Le trio a remporté 34 des 38 derniers tournois majeurs, mais il s'agit du deuxième à leur échapper en 2014.

Certains, dont Cilic, avaient vu la victoire de Wawrinka à Melbourne en janvier comme un signe que «les autres» allaient maintenant avoir une chance de gagner ces trophées.

L'an dernier, Cilic a purgé une suspension de quatre mois pour avoir échoué un test antidopage lors d'un tournoi disputé en Allemagne, en mai 2013, alors que des traces d'un stimulant interdit ont été retrouvées dans son organisme. La Fédération internationale de tennis avait d'abord tenté de le suspendre pour deux ans, mais Cilic a porté sa cause en appel et il a bénéficié d'une suspension plus clémente. Il a dit avoir ingéré cette substance par inadvertance en mangeant une barre de glucose achetée dans une pharmacie. Il a d'ailleurs dit du processus menant à sa suspension qu'il a été injuste.

Les deux adversaires ont offert d'intrigants contrastes, tant au niveau du style de jeu que de la taille.

À six pieds six, Cilic se fie surtout à son puissant service et à sa grande portée, qui lui permet de rejoindre des balles que d'autres ne peuvent pas.

Nishikori, à cinq pieds dix, a bâti son jeu autour d'un redoutable retour, de sa vitesse et de réflexes qui lui permettent de frapper les balles sur les courts bonds en ligne de fond. Selon l'ATP, la différence de huit pouces entre les deux joueurs est la plus importante en finale d'un Grand Chelem de l'ère moderne.

Mais les deux joueurs offrent aussi quelques similitudes.

Nishikori a 24 ans; Cilic, 25. Leur entraîneur a gagné un tournoi du grand Chelem. Goran Ivanisevic, le dernier Croate à remporter un majeur — Wimbledon en 2001 —, travaille avec Cilic. L'entraîneur de Nishikori, Michael Chang, a gagné les Internationaux de France en 1989.

«Mon équipe m'apporte beaucoup, surtout Goran, a dit Cilic. La chose la plus importante qu'il m'a inculquée, c'est la joie de jouer au tennis et de toujours avoir du plaisir. Je pense que je ne me suis jamais amusé comme je l'ai fait ici et j'ai joué le meilleur tennis de ma vie.»

Les deux hommes s'étaient rencontrés deux fois à Flushing Meadows — une victoire de chaque côté —, la dernière au troisième tour de 2012. Il n'y a pas eu de suspense cette fois-ci.

INOLTRE SU HUFFPOST

Marin Cilic remporte l'US Open 2014