NOUVELLES

Le TSX recule, inquiétée par le référendum en Écosse et les données chinoises

08/09/2014 05:28 EDT | Actualisé 08/11/2014 05:12 EST

TORONTO - La Bourse de Toronto a clôturé en baisse, lundi, la publication de décevantes données économiques chinoises ayant pesé sur le cours du pétrole brut et les titres du secteur de l'énergie, pendant que les marchés commençaient à envisager la possibilité que les indépendantistes écossais remportent le référendum du 18 septembre.

L'indice composé S&P/TSX a échappé 60,53 points pour terminer la journée à 15 509,39 points.

Le dollar canadien s'est pour sa part déprécié de 0,77 cent US à 91,13 cents US, victime du raffermissement du billet vert américain.

Les marchés new-yorkais ont connu une journée sans éclat, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles ayant retraité de 25,94 points à 17 111,42 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a perdu 6,17 points à 2001,54 points et que l'indice composé du Nasdaq s'est emparé de 9,39 points à 4592,29 points.

Les opérateurs ont décidé de porter une plus grande attention à la campagne référendaire en Écosse, depuis qu'un sondage a montré un appui croissant à l'indépendance. La livre britannique a reculé à un creux de 10 mois vis-à-vis du dollar américain, les marchés s'inquiétant du fait que l'écart entre le Oui et le Non s'est considérablement réduit à l'approche de la consultation populaire.

Une victoire du Oui mettrait fin à l'union de 307 ans entre l'Écosse et l'Angleterre et plongerait la Grande-Bretagne dans des eaux constitutionnelles et économiques encore inexplorées.

Par ailleurs, de nouvelles inquiétudes ont émergé en Chine — deuxième plus grande économie du monde — en ce qui a trait à sa demande intérieure. D'après les plus récentes données commerciales chinoises, les exportations ont progressé de 9,4 pour cent en août par rapport à l'an dernier, mais les importations ont diminué de 2,4 pour cent.

Certains économistes croient que de nouvelles mesures de relance sont nécessaires pour empêcher le taux de croissance de la Chine de s'essouffler. Quelques petites initiatives ont déjà été mises en place et lui ont permis d'afficher une croissance en hausse à 7,5 pour cent au deuxième trimestre.

À Toronto, le secteur de l'énergie a encaissé le plus dur coup, avec une baisse de 1,5 pour cent. Le cours du pétrole a retraité de 63 cents US à 92,66 $ US le baril à la Bourse des matières premières de New York.

Le groupe aurifère a effacé environ 2,25 pour cent, après avoir perdu près de sept pour cent la semaine dernière. Le prix du lingot d'or a poursuivi sa glissade dans un environnement de faible inflation où la tolérance au risque est plus forte. Le cours de l'or a diminué de 13 $ US à 1254,30 $ US l'once à New York. L'action de Centerra Gold (TSX:CG) a notamment perdu 39 cents à 6,16 $.

Le secteur des métaux et minerais s'est déprécié de 0,5 pour cent, même si le prix du cuivre est resté inchangé à 3,17 $ US la livre à New York.

Le TSX n'a pu compter que sur un soutien limité de la part du secteur industriel. L'action de Bombardier (TSX:BBD.B) a avancé de 2 cents à 3,65 $ après que l'avionneur eu indiqué avoir repris dimanche les essais en vol de ses nouveaux appareils de la CSeries. Les prototypes étaient cloués au sol depuis plus de trois mois, à la suite d'un incident de moteur lié à un problème de lubrification. Bombardier assure que l'entrée en service des avions de la CSeries est toujours prévue pour la deuxième moitié de 2015.

PLUS:pc