NOUVELLES

Crise en Ukraine: le Canada prêt à durcir les sanctions contre la Russie

08/09/2014 03:53 EDT | Actualisé 08/09/2014 03:54 EDT
CP

Le ministre des Affaires étrangères John Baird a indiqué lundi que son gouvernement était prêt à prendre d'autres sanctions contre la Russie, jugée responsable de la crise ukrainienne.

"Nous voulons voir la Russie prendre une autre direction, pas seulement dans l'est de l'Ukraine mais aussi en Crimée", a déclaré John Baird aux côtés de la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, lors d'un point de presse à Ottawa.

Le Canada a pris des sanctions économiques en plusieurs étapes depuis l'hiver dernier contre des intérêts russes, des dignitaires du régime et des ukrainiens prorusses. Les dernières sanctions canadiennes remontent au 6 août.

"Nous avons pris toute une série de sanctions et si la Russie continue sur sa lancée actuelle, nous allons prôner d'en prendre plus", a déclaré John Baird.

Dans un communiqué, les deux responsables de la diplomatie ont "convenu de renforcer la coopération entre le Canada et l'Union européenne et d'en élargir la portée".

A ce titre Catherine Ashton et John Baird ont rappelé la conclusion des "négociations sur l'Accord de partenariat stratégique Canada-Union européenne". Après quatre ans de travaux, le principe d'un accord de libre échange avait été signé à l'automne 2013 par le Premier ministre Stephen Harper et le président de la Commission européenne José Manuel Barroso.

Depuis, les derniers détails sur les questions bancaires, financières et sur les investissements ont été réglés et l'accord définitif devrait être signé par les deux hommes avant la fin du mois à l'occasion d'un sommet bilatéral Canada-UE.

Cependant, l'entrée en vigueur de cet accord ne devrait pas se faire avant trois ou quatre ans, le temps pour que les provinces et territoires canadiens ratifient le document, tout comme les 28 Etats membres de l'Union européenne.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Rebelles pro-russes en Ukraine