Huffpost Canada Quebec qc

Les Atikamekw déclarent leur souveraineté en Haute-Mauricie (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

La nation atikamekw déclare unilatéralement sa souveraineté sur son territoire en Haute-Mauricie.

Dans un communiqué diffusé lundi, le gouvernement atikamekw dit passer « en mode d'affirmation unilatérale de ses droits sur son territoire ancestral, le Nitaskinan. [La Première Nation] exige dorénavant son consentement pour tout développement, usage et exploitation des ressources qui s'y trouvent. »

Le communiqué fait état d'une Déclaration de souveraineté qui a été adoptée à l'unanimité par les représentants élus de la nation.

« Il est fini le temps de la négation des droits non cédés par les Atikamekw, au profit d'un État qui impose ses règles comme si ces droits n'existaient pas. Notre juridiction, nos règles et nos conditions devront désormais être respectées », affirme le Grand Chef, Constant Awashish, dans le communiqué.

La nation considère que ses relations avec les gouvernements fédéral et provincial sont dans un « cul-de-sac » et dit être devant un mur d'indifférence qui bloque son développement. « Nous n'avons pas d'autres choix que de prendre nous-mêmes les moyens nécessaires pour forcer le changement », ajoute Constant Awashish.

En juin dernier, le chef Awashish s'était réjoui du jugement rendu par la Cour suprême du Canada en matière de droits ancestraux autochtones concernant la Première Nation britanno-colombienne Tsilhqot'in. Il considérait que les conclusions du jugement pourraient s'appliquer à sa communauté.

Les juges de la Cour suprême ont reconnu un titre ancestral à la Première Nation Tsilhqot'in sur un territoire de plus de 1750 kilomètres carrés.

M. Awashish disait croire que ce jugement renforçait les revendications territoriales de la nation atikamekw sur un territoire couvrant une partie des Laurentides et de la Mauricie.

À l'été 2012, des Atikamekw avaient dressé des barrages sur des routes de la Mauricie, bloquant ainsi l'accès à des chantiers forestiers. Ils tentaient ainsi de forcer Québec à reprendre les négociations pour la reconnaissance de leurs droits territoriaux.

Fin 2013, les représentants atikamekw avaient conclu une entente « de nation à nation » avec Québec concernant la gestion et le développement des ressources naturelles et du territoire.

Deux des trois communautés atikamekw, Manawan et Wemotaci, ont entériné l'entente, tandis que la communauté d'Obedjiwan l'a rejetée par voie référendaire.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Aussi sur le HuffPost:

Close
Idle No More: In Photos
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Point chaud - Le cri du coeur d'un chef atikamekw | Le Devoir

Il faut garder la clientèle atikamekw - TVA Nouvelles

Les Atikamekw d'Obedjiwan ont eu la chance de se faire entendre ...

Les Atikamekw déclarent leur indépendance