NOUVELLES

Deux cancers sont en hausse chez les jeunes Américains selon une nouvelle étude

08/09/2014 03:35 EDT | Actualisé 08/11/2014 05:12 EST

CHICAGO - Les cancers du rein et de la glande thyroïde ont augmenté chez les jeunes Américains, et même si ces maladies tendent à demeurer rares, des experts se demandent si ce phénomène n'est pas lié à l'obésité.

Pour l'ensemble des cancers, le taux de jeunes atteints est demeuré stable entre 2001 et 2009, à 171 cas par tranche d'un million.

Cependant, de légères hausses ont été observées chez les Afro-Américains et chez les adolescents, selon un rapport produit par des chercheurs associés au Centre fédéral de contrôle et de prévention de la maladie.

Pendant la période étudiée, il y a eu environ 120 000 nouveaux cancers qui ont été diagnostiqués chez les personnes âgées d'un à 19 ans.

Les taux de leucémie et de tumeur au cerveau, qui constituent deux des principaux cancers chez les jeunes, sont restés stables.

Par contre, pendant la période étudiée, environ 5000 jeunes patients ont appris qu'ils souffraient du cancer de la glande thyroïde, ce qui signifie que le taux d'incidence de la maladie est passé de six à huit jeunes atteints par tranche d'un million.

En ce qui concerne le cancer du rein, un grand total de 426 cas ont été répertoriés au sein de ce même segment de la population et le taux d'incidence a progressé, passant de 0,5 à 0,7 cas par tranche d'un million.

Des études démontrant des hausses de ces deux maladies chez les adultes avaient suggéré qu'il existait probablement une corrélation entre ces augmentations et la montée de l'obésité.

Chez les jeunes, les problèmes de surpoids ont également connu une croissance dans un passé récent.

Les chercheurs à l'origine de la nouvelle étude soutiennent, toutefois, que s'il existe un lien entre la hausse des cas de certains cancers chez les jeunes et l'obésité, il n'a pas encore été démontré.

L'un des auteurs, David Siegel, a tenu à souligner que les augmentations des taux de cancer du rein et de la glande thyroïde étaient faibles et que, de manière générale, les risques pour un enfant de développer un cancer demeurent bien minces.

L'étude a été publiée, lundi, dans le mensuel «Pediatrics».

PLUS:pc