NOUVELLES

Une initiative pour raviver la flamme souverainiste organisée à Montréal

07/09/2014 03:53 EDT | Actualisé 07/11/2014 05:12 EST

MONTRÉAL - Une grand-messe indépendantiste se déroulera à Montréal les 20 et 21 septembre.

Le Nouveau Mouvement pour le Québec et le Conseil de la souveraineté du Québec tiendront alors un rassemblement baptisé «destiNation: Nouvelles idées. Nouveau départ» dans la métropole.

L'objectif de ces deux organisations sera de pousser un maximum de citoyens à se réunir dans l'espoir de donner un nouvel élan au courant souverainiste en restant à l'abri des sempiternelles querelles partisanes.

Les représentants de la société civile, qui seront de la partie,auront entre autres l'occasion d'assister à divers ateliers, à la diffusion d'un discours de l'ancien premier ministre Jacques Parizeauenregistré spécialement pour l'occasion et à un spectacle.

Ils se verront également offrir la possibilité d'échanger avec plusieurs personnalités bien connues comme, par exemple, les ex-politiciens Louise Harel et Jean-Pierre Charbonneau, les anciens dirigeants syndicaux Claudette Carbonneau et Gérald Larose, la comédienne Tania Kontoyanni et le sociologue Guy Rocher.

Selon la porte-parole de l'événement, Martine Desjardins, au terme de la fin de semaine, les organisateurs souhaitent «partir avec un plan pour les années à venir pour continuer cette démarche importante».

Elle a ajouté que ce plan renfermera «les différentes idées exprimées» par les participantset qu'il ne sera pas «destiné à un parti ou à une organisation en particulier» mais qu'il «appartiendra [plutôt] à l'ensemble des gens qui vont l'avoir fait».

Mme Desjardins est d'avis qu'au fil du temps, les souverainistes ont perdu un peu l'idée voulant qu'un plan d'action puisse être porté en dehors des structures politiques traditionnelles. Elle croit à la nécessité de retourner à cette base militante.

Bernard Landry, qui sera présent au rassemblement afin d'y prononcer une allocution, abonde dans le même sens que l'ancienne leader du mouvement étudiant, candidate péquiste défaite lors des élections en avril.

L'ancien premier ministre du Québec a déclaré que le sentiment souverainiste est «encore très puissant dans la population» et ce, même s'il reconnaît ouvertement que le courant «n'est pas dans ces belles années».

À son avis, pour espérer le relancer, il faut coûte que coûte que «l'indépendance, qui est une cause noble et inévitable, redevienne un sujet important pour la société civile».

PLUS:pc