POLITIQUE

Mulcair dit vouloir dévoiler des éléments clés du programme dès cet automne

07/09/2014 12:01 EDT | Actualisé 07/11/2014 05:12 EST
CP

OTTAWA - Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, prévoit commencer cet automne à dévoiler certains éléments clés du programme du parti, un an avant le moment prévu des élections fédérales.

M. Mulcair a indiqué qu'il dévoilerait certaines propositions «très concrètes» sur les soins à l'enfance, les investissements dans les infrastructures, le financement des soins de santé et le rétablissement d'un salaire minimum fédéral, entre autres enjeux.

Généralement, les partis politiques maintiennent le secret sur leur programme jusqu'à ce qu'une campagne électorale se mette en branle, pour éviter de donner aux partis rivaux une cible d'attaque ou une occasion de voler leurs meilleures idées.

Mais les néo-démocrates sont prêts à prendre ce risque, alors qu'ils luttent pour se repositionner comme la véritable solution de rechange aux conservateurs de Stephen Harper, un rôle que semble s'être accaparé les libéraux depuis que Justin Trudeau a pris les rênes du parti il y a 18 mois.

Ils font le pari que les avantages d'un dévoilement anticipé — démontrant comment un gouvernement du NPD serait différent du régime Harper et comment ses idées contrastent avec le refus de M. Trudeau de s'avancer sur des questions importantes de politiques publiques — surpasseraient les désavantages.

«Les Canadiens veulent savoir où nous logeons, et ils en auront une idée très claire», a dit M. Mulcair, alors qu'il se prépare pour une réunion stratégique du caucus à Edmonton cette semaine, en vue de la rentrée parlementaire. Les 97 députés néo-démocrates commenceront à polir les éléments centraux du programme durant la réunion à Edmonton, qui se déroule de mardi à jeudi.

«Et ils s'attendent à plus de nous, franchement, que des platitudes et des attaques partisanes», a-t-il ajouté.

Un dévoilement anticipé du programme est plus respectueux des électeurs, a argué M. Mulcair.

«L'une des choses qui souvent me frustre en tant qu'électeur est d'apprendre en plein milieu d'une campagne que le parti avance telle chose, propose telle idée. Vous n'avez pas vraiment le temps d'y penser, de l'évaluer ou de réfléchir à comment elle peut aider à améliorer la vie des gens», a exposé le chef du NPD.

L'ex-ministre provincial québécois a fait valoir que le Parti libéral du Québec — dont il faisait alors partie — avait profité d'un dévoilement de leur programme des mois avant les élections de 2003.

«Les gens avaient apprécié le geste, et c'est quelque chose que je retiens de mon expérience passée, de respecter la capacité des gens de prendre des décisions et d'évaluer vos propositions», a affirmé M. Mulcair.

«Alors nous allons dévoiler certains éléments très concrets cet automne, et les gens seront en mesure de voir à quoi ressemblerait le Canada, qu'est-ce qui serait différent», a-t-il précisé.

M. Mulcair a souligné que le NPD avait déjà mis de l'avant certains engagements: rétablir l'âge de la retraite à 65 ans, plutôt que 67 ans; lancer une enquête publique sur les femmes autochtones disparues ou assassinées dans les 100 premiers jours d'un gouvernement du NPD et utiliser tout surplus budgétaire fédéral pour renverser le plan du gouvernement Harper de ralentir les transferts aux provinces en santé.

«Il s'agit d'éléments clés qui sont historiques pour le NPD», a dit M. Mulcair.