NOUVELLES

Mahmoud Abbas réclame que le Hamas cède le pouvoir dans la bande de Gaza

07/09/2014 02:42 EDT | Actualisé 07/11/2014 05:12 EST
Anadolu Agency via Getty Images
RAMALLAH, WEST BANK - AUGUST 16: Palestinian President Mahmoud Abbas speaks during a ministerial cabinet meeting regarding ceasefire with Israel on August 16, 2014 in Ramallah, West Bank. (Photo by Issam Rimawi/Anadolu Agency/Getty Images)

RAMALLAH, Territoire palestinien - Le nouveau gouvernement d'unité palestinienne faisait face à une énième crise, dimanche, après que le président Mahmoud Abbas eut menacé de dissoudre son alliance avec le Hamas si le groupe militant islamique ne cédait pas le pouvoir à Gaza.

Cette dispute survient deux semaines seulement après la fin de la guerre entre Israël et le Hamas à Gaza. M. Abbas tente de reprendre pied dans le territoire côtier, qui a subi de lourdes pertes durant les combats, et s'attend à jouer un rôle prépondérant dans les efforts de reconstruction appuyés par la communauté internationale. Ses commentaires, qui comportaient également de vives critiques de la conduite du Hamas durant la guerre, semblent s'inscrire dans le cadre d'une guerre de pouvoir sur le contrôle de Gaza à la suite de la guerre.

Le Hamas est aux commandes à Gaza depuis l'expulsion des forces de M. Abbas en 2007. Sous le coup d'un isolement à l'international et plongé dans une grave crise financière, le groupe militant a accepté la formation d'un nouveau gouvernement d'unité avec le Fatah d'Abbas en juin, ce qui signifierait un retour au pouvoir du président palestinien dans le territoire. Mais le Hamas n'a toujours pas cédé le pouvoir — même après la guerre dévastatrice avec Israël qui a fait plus de 2100 morts chez les Palestiniens, et provoqué des milliards de dollars en dégâts.

Dans une déclaration transmise par l'agence de presse officielle égyptienne MENA, M. Abbas a soutenu que l'«unité comporte des conditions», et que si le Hamas n'acceptait pas «une loi, une arme, une autorité», il ne serait pas question de partenariat. Au dire de M. Habbas, le gouvernement d'unité a les mains liées sur le terrain. Ces commentaires dressent la table pour ce qui devrait être de dures négociations avec le Hamas au cours des prochains jours. Avec ses critiques, M. Abbas semble faire pression sur le Hamas pour que celui-ci offre des concessions.

Ismail Radwan, un leader du groupe militant, a pour sa part critiqué le président de l'Autorité palestinienne, soutenant que ses propos «contrevenaient à l'esprit du nouveau partenariat», en plus de «saper l'idée de la victoire de la résistance».

En vertu de l'accord d'unité, M. Abbas a formé un cabinet de technocrates apolitiques. Le Hamas, rejeté par la communauté internationale comme un groupe terroriste, n'y joue aucun rôle officiel, mais a offert de le soutenir de l'extérieur.

Ce gouvernement n'aura cependant jamais pu prendre son envol, la guerre à Gaza venant reléguer aux oubliettes les questions de politique interne palestinienne.

Palestinians Celebrate Truce Between Hamas, Israel

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter