Le bruit des arbres: Roy Dupuis : «j'interprète des personnages vivants» (ENTREVUE)

Publication: Mis à jour:
LE BRUIT DES ARBRES
Courtoisie
Imprimer

Loin des gros centres urbains, au cœur de la région de Matane, l’acteur Roy Dupuis est en tournage pour le film Le bruit des arbres, premier long métrage de François Péloquin. Divisé en trente tableaux, le film dresse le portrait d’un adolescent en région attiré comme des milliers d’autres par la ville.

«Il ne veut pas devenir comme son père, lance au bout du fil Roy Dupuis. Il a d’autres envies, d’autres rêves. Cette confrontation créée une forte tension entre, un papa qui voudrait bien voir son garçon reprendre l’entreprise familiale, et son fils qui nourrit le désir de quitter la région».

Le père, on l’aura deviné, est joué par Roy Dupuis. Le personnage qu’il qualifie de «droit et d’honnête» l'a interpellé dès la lecture du scénario. «On ne m’avait jamais proposé un rôle comme celui-ci auparavant, doté d’une personnalité ambivalente. Comme il a perdu sa femme, il se sent responsable de ses enfants. Mais en même temps, c’est un homme qui a gardé une part de sa jeunesse».

Une figure fragile qui tente aussi de conserver un certain rapport avec la nature. «J’interprète des personnages vivants, dit-il. J’aime quand ils sont ancrés dans une certaine réalité. Le fait de camper un bûcheron qui continue d’exploiter la forêt d’une manière respectueuse, malgré les pressions des grosses compagnies forestières, lui donne à mes yeux toute sa légitimé».

L’adolescent est incarné par Antoine L'Écuyer (C'est pas moi, je le jure!). Ce dernier viendra chambouler les certitudes du chef de famille. Pendant que le jeune combat l’ennui dans sa voiture où la musique hip-hop résonne à travers ses virées entre amis, la situation financière familiale se dégrade.

Tourner en région

«Le film aborde plusieurs problématiques, dont l’exode des jeunes, raconte Dupuis. On y parle du soi-disant progrès qui n’a pas que des conséquences positives. Tout cela est raconté en filigrane. Elle accompagne l’œuvre sans jamais la quitter, comme un décor représenté par une Gaspésie éloignée de tout».

Roy Dupuis avoue n’avoir jamais tourné dans la région. «Quand j’étais jeune, j’ai fait le tour de la Gaspésie sur le pouce. Mais, c’est effectivement la première fois que je me retrouve dans un tournage ici. C’est magnifique, car je crois que le film va profiter de cet environnement exceptionnel».

Il ne regrette pas le voyage. À 600 kilomètres de Montréal, le comédien avoue faire partie d’une véritable aventure cinématographique. «On n’est pas à la télévision. On prend notre temps. Le réalisateur étire les scènes tout en s’inspirant de ce qui l’entoure. Pour moi, c’est cela le cinéma».

Produit par Ziad Touma de la boîte Couzin Films (L’ange gardien), Le bruit des arbres est doté d’un budget de 1,2 million de dollars. Le tournage se poursuit jusqu’au 18 septembre prochain avec une sortie en salles prévue pour 2015. Le film sera distribué par K-Films Amérique.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Le bruit des arbres
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction